Lyon, musée des Confluences

Il y a quelques jours j’ai parcouru les collections permanentes du musée des Confluences à Lyon.

Ce musée, de facture très moderne, futuriste, inauguré en décembre 2014, est situé, comme son nom l’indique, à l’endroit précis où le Rhône et la Saône se rejoignent au sud de la presqu’ile de Lyon.

30 31

 Ce musée, très original, n’est pas seulement situé à la confluences de 2 fleuves, aux portes de la ville, mais aussi se veut le musée des confluences des savoirs.

« C’est la Terre depuis les origines, et l’humanité dans son histoire et sa géographie que le musée des Confluences interroge. »

« Avec pour défi de s’adresser au plus grand nombre, le musée convie toutes les disciplines à susciter la curiosité, l’interrogation, le plaisir de comprendre et l’envie de connaissances. »

Peut on résumer le projet de ce musée, la vie des origines à nos jours ?

Je dois avouer que j’ai eu du mal à bien comprendre le fil conducteur des collections permanentes de ce musée, entre sciences et techniques, entre archéologie et ethnologie ..

Il faut parcourir les salles sans à priori .. alors la promenade au milieu des collections aura du sens!

IL faut ajouter que du point de vue artistique, la conception de la mise en place des collections est mise en oeuvre avec goût et esthétisme.

Dans les collections permanentes, 4 grandes salles présentent chacune un thème, dont voici quelques clichés, parfois de mauvaise qualité, car l’obscurité domine dans ces salles.

Tout d’abord, les Sciences Naturelles.

La première salle présente  « les Origines », avec les sciences de la terre, qui témoignent de la naissance de la vie sur terre, de l’évolution du vivant et de l’incroyable biodiversité (espèces disparues et en voie de disparition).

La petite femme de Florès, et la femme de Néanderthal, et entre les 2, une femme de notre espèce :

1

Quelques éléments de paléontologie :

Un archosaures piégé (à l’origine des crocodiles) :

2

Un nid d’oeufs de sauropodes (dinosaures) :

21

Le camarasaurus (moins 155 millions d’années) :

4

Ce mammouth, dit de Challans, a été retrouvé en 1859 à 2 km du musée :

5

Une collection très impressionnante d’ammonites (j’ai un gros faible pour ces espèces) : 6 7

Des mammifères d’aujourd’hui :

3

L’approche de cette exposition est tant scientifique que symbolique.

Le Grand Corbeau (oeuvre du Canadien Illauq, dans un os de baleine) :

20

Un calendrier maya :

8

En fin de parcours de cette première salle se trouve la partie pétrologie et minéralogie (la collection publique la plus importante de France).

Des morceaux de la lune, tombés sur terre :

9

Momie de bélier sacré (2ème siècle avant JC) :

10

 

La deuxième salle, « Espèces, la maille du vivant », présente des collections des sciences de la vie, un cabinet de curiosités impressionnant ! que ce soient des specimen de vertébrés, naturalisés, ou d’invertébrés. Certaines espèces ont disparues depuis peu. (Le musée possède un million de specimen d’insectes, un demi-million de mollusques, heureusement pas tous présentés !!)

Quelle est la place de l’Homme au sein du monde vivant ?

11

Y sont présentées les Sciences Humaines, dont les collections résultent de l’archéologie internationale, ainsi que de l’ethnologie essentiellement extra-européenne.

Ces collections proviennent de 4 institutions, dont le musée Guimet, le muséum d’histoire naturelle de Lyon, le musée colonial de Lyon et l’Oeuvre de la Propagation de la foi (les missionnaires).

 

1213

La maternité :

14

Le loup de Tasmanie (espèce disparue) :

22

Dans la troisième salle, les Sciences et Techniques, intitulée « Société, le théâtre des hommes », on chemine entre des collections scientifiques et techniques, d’ici ou d’ailleurs, du passé et du présent autour de la structure des sociétés.

Un métier à tisser Jacquard :15

Une robe de mariée en leds (Olivier Lapidus, 2000) :

16

23 24

Armure de cheval (Japon, 17ème siècle) :

25

Enfin la quatrième salle, qui m’a le plus intéressée, est celle des « Eternités, vision de l’au-delà ».

Elle est consacrée à la représentation de la mort dans l’histoire de civilisations.

Des céramiques retrouvées dans des tombes égyptiennes :

17

26

La Dame de Koban (sépulture trouvée dans la nécropole du même nom, inhumée entre 967 et 813 avant JC) (la scénographie est intéressante, un miroir reflète le squelette) :

28

19

J’ai beaucoup apprécié les petits films, écoutés en solo dans des sièges-cocon confortables, où médecins, psychologues, philosophes, géologues, ethnologues parlent de la vie et de la mort. Ainsi, vivra t’on éternellement un jour? ou jusqu’à 180 ans, en ayant changé tous nos organes à fur et à mesure du vieillissement? y aura t’il besoin encore de procréer? la mort va t-elle disparaitre? la terre supportera t-elle 100 milliards d’habitants? des témoignages majeurs, qui vous interrogent ..

Enfin une vue vespérale depuis le toit de cet imposant et étonnant musée (Rhône à gauche, Saône à droite) :

27

Bon après midi !

 

 

 

 

 

 

 

plus récents plus anciens
Me notifier des

Merci pour la visite, Catherine. Ce qui m’intéresserait le plus , je crois serait l’architecture, dedans-dehors…
Je regrette qu’il soit question de fermer le musée du tissu de Lyon où sont conservées des collections divines de soieries, et les cartons préparatoires de Dufy pour la soierie. On ne va pas refaire le monde !

Maryse CARTIER MILLON

Très bons commentaires sur ce musée que j’ai visité, et le centre commercial confluence avec le vaporetto sur la Saône une merveille aussi. Lyon est une ville magnifique, ma fille s’y est installée cela fait quatre ans et depuis nous y allons très souvent c’est vraiment une ville à découvrir, vivante, bien entretenue qui bouge. Bravo pour cet article qui est élogieux et réaliste. Amitiés MCM

ton article est bien intéressant , surtout certaines photos qui ne laissent pas indifférentes ! quand à vivre jusqu’à 180 ans ??? si le monde ne sait pas exploser avant !!!! bonne soirée

Nous allons moins à Lyon depuis quelques temps et n’avons toujours pas visité ce musée, il faudra qu’on le programme !
Merci pour l’avant goût !

Lyon est une ville que je ne connais pas mais que j’adorerais découvrir. Et peut-être aller visiter ce musée si j’en ai le temps.
*des bises et une douce soirée*
Cécile

Comme il est intéressant et curieux ce musée. On dirait un gigantesque cabinet de curiosité où l’on peut trouver de tout, à la manière d’un inventaire à la Prévert, et j’ai bien noté qu’il y a un raton-laveur! J’ai quitté la région avant son ouverture, mais comme j’ai encore un fils à Lyon, je prévois une visite un de ces jours. Merci pour la suggestion. Bisous.

manickqb

oh, merci pour cet article… super intéressant …qui ne donne qu’une envie : courir à Lyon !!! bonne soirée