Archives des Mots clefsParis

La « coulée verte René-Dumont »

Une promenade un après midi de soleil, le long de la « coulée verte René-Dumont », aménagée (depuis 1993) sur le trajet de la voie ferrée (fermée en 1969) reliant l’ancienne gare de la Bastille à Vincennes. Cette coulée verte (autrefois appelée promenade plantée) est longue de 4,5 kilomètres. Je n’en ai parcouru qu’une partie, de la Bastille jusqu’à la pelouse de Reuilly.

Dommage, cette balade dans le 12ème arrondissement de Paris, est peu connue ..

Elle commence rue de Lyon, derrière l’Opéra Bastille, et le début de la promenade se situe au dessus du viaduc des arts, à une dizaine de mètres de hauteur. Elle suit ensuite l’avenue Daumesnil :

(vous pouvez cliquer sur les photos)

1 2

Le « Viaduc des arts » (de l’ancienne voie ferrée), où est installé un ensemble d’ateliers des métiers d’art :

3

Le toit du « Viaduc des arts » :

4 5 5A 6

L’église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts (nous sommes sur un ancien pont ferroviaire au dessus de l’avenue Ledru-Rollin) :

7 8 9 10 11

Belle vue sur des immeubles haussmanniens :

12 13

On est au niveau du 2ème ou 3ème étage des habitations, vue directe :

14 15 16 17 18 18A

Les cariatides géantes  du commissariat du 12ème:

19 20 21 22

Et au milieu coule un bassin :

23 24

Fin de la première partie de la coulée verte, on arrive à la pelouse de Reuilly, en traversant ce drôle d’immeuble coupé en deux :

25

La pelouse de Reuilly :

26

et le jardin :

27

Bien sûr, il y avait peu de couleurs, juste quelques arbustes et fleurs printanières, mais en juin, cette balade, doit être superbe, car il y a de nombreux rosiers et arbustes encore endormis.

Cette balade m’a rappelé la promenade sur la Highline de New york, il parait que les concepteurs américains se sont inspirés de notre coulée verte !

Bonne journée à tous

Pollution

J’ai pris ces photos depuis la tour Montparnasse, vendredi dernier, jour de l’éclipse, jour d’une grande pollution atmosphérique à Paris . La tour Eiffel, et le toit doré de l’Hôtel des Invalides : 1 Le cimetière du Montparnasse :2 A gauche, l’église saint Sulpice, Notre dame en arrière et le Palais du Luxembourg et son jardin (on distingue Beaubourg) : 3Nous n’avons pas pu apercevoir les tours de la Défense, l’Arc de Triomphe ou même le Sacré Coeur de Montmartre .. J’adore Paris, mais jamais je ne pourrais y vivre ! Je plains sincèrement ceux qui subissent ces nuisances récurrentes . De retour dans notre jardin, je ne l’apprécie que plus ! Bonne journée !  

Musée de la Marine

Localisation

J’ai vu il y a quelques jours, l’exposition « le voyage de l’Obélisque » au Musée de la Marine à Paris,

qui raconte l’extraordinaire odyssée de cet obélisque de la place de la Concorde à Paris depuis Louxor en Egypte jusqu’à sa place actuelle.

affiche

Au XIIIe siècle avant J-C. à l’entrée du temple de Louxor en Egypte, furent édifiés 2 obélisques, sur lesquels ont été gravés les exploits du Pharaon Ramsès II.

obélisque 3

il faut imaginer l’Obélisque (de Paris) jumeau de celui ci, de l’autre côté de la porte du temple en 1829

Ces 2 obélisques furent offerts à la France, grâce à l’aide de Champollion, par le vice-roi d’Egypte en 1829.

Seul l’obélisque occidental fut transporté à Paris, il mesure presque 23 mètres et pèse entre 220 et 230 tonnes (pour la petite histoire c’est le président Mitterrand qui « rétrocéda » à l’Egypte le second obélisque, qui était resté français!).

obélisque (2)

L’obélisque fut transporté sans dommages, sur un navire spécial, le « Luxor » de Louxor à Paris. Le bateau a descendu le Nil, a traversé la Méditerranée et l’océan Atlantique remorqué par le « Sphynx », navire à vapeur, et enfin a remonté la Seine depuis Rouen tiré par des chevaux de halage.

Ce fut une aventure extraordinaire et les ingénieurs et les marins sont les héros de ce voyage étonnant. Les dessins du lieutenant de vaisseau de Joannis sont un témoignage rare de cette aventure. L’ingénieur de la Marine, Apollinaire Lebas,  imagina et conçut les machineries. Il dirigea à Louxor, en Bretagne, à l’Aber-Ildut, et à Paris toutes les opérations de déplacement de l’obélisque et de son piédestal (en granit de Bretagne .. ouioui ) .

obélisque

Érection de l’Obélisque de Louxor, 25 octobre 1836

 De passage sur cette place, j’ai pris quelques clichés de cet étonnant obélisque, qui a mis 7 ans de 1 829 à 1 836 pour rallier Paris depuis le temple de Louxor.

Gravées à l’or fin sur le piédestal, les aventures de l’obélisque qui est descendu de son piédestal égyptien et embarqué sur le bâteau « Luxor » :

obélisque (12)

 Egalement gravée sur le piédestal, l’histoire du halage, du virement et de l’érection de l’Obélisque sur la place de la Concorde en 1 836 :

obélisque (7)

Erection de l’obélisque le 25 octobre 1836 en présence du roi Louis-Philippe :

obélisque (4)

Sur un des côtés, on aperçoit une longue fissure de 8 mètres de long, fissure découverte à Louxor, mais qui n’a pas fragilisé l’obélisque :

obélisque (5)

En 1937, l’obélisque est classé Monument Historique.

Le 14 mai 1998 un pyramidion en bronze doré coiffe le sommet de l’obélisque.

L’obélisque se trouve sur la place de la Concorde, à mi chemin  entre le Palais de l’Assemblée Nationale (de l’autre coté de la Seine)  et l’église de la Madeleine :

obélisque (9)

le palais Bourbon

obélisque (10)

la Madeleine

De la place de la Concorde partent les Champs Elysées, avec au fond l’Arc de Triomphe, obélisque (13)et de l’autre côté se trouve le jardin des tuileries, les Tuileries et le Palais du Louvre avec sa pyramide de verre :

obélisque (14)

Enfin, au musée d’Orsay, pas très loin de cette place, se tiennent 2 expositions, sur deux artistes extraordinaires, Vincent Van Gogh et Gustave Doré :

van gogh

doréJe ne peux que vous recommander d’aller voir ces 2 expositions, elles sont remarquables.

Vincent Van Gogh est bien sûr le plus connu, toutes ses toiles sont des chefs d’oeuvre, mais Gustave Doré a un talent fou, c’est un prodigieux créateur !

Il s’est essayé sur de nombreux supports, sculptures, peintures, aquarelles, gravures, illustrations, caricatures .. j’ai vraiment adoré ses peintures de lacs en Ecosse, plus vraies que nature et si  romantiques  !

(pas de photos)

Paris, Les Catacombes.

 

Samedi dernier, nous avons visité les Catacombes de Paris, un voyage sous terre assez extraordinaire.

Localisation

Cliquez sur les photos.

catacombes (1)Il y a 45 millions d’années, Paris se serait trouvé au milieu d’une mer tropicale, où se sont accumulés de sédiments devenus au fil du temps du calcaire (période géologique du lutécien).

Pour preuve, une petite exposition à l’entrée de l’ « ossuaire » nous montre des fossiles découverts au niveau de ces galeries :

catacombes (8)

moulage du fossile campanile giganteum, à peu près 30 cm

Les Romains, puis les habitants de Paris, à partir du 13ème siècle, ont exploité ce calcaire pour construire maisons, églises, cathédrale et palais de la ville de Paris.

De cette époque datent ces galeries d’anciennes carrières, à environ vingt mètres sous terre.

Ces carrières servent d’ « ossuaire » à environ 6 à 7 millions de Parisiens, dont les restes ont été transférés entre la fin du 18ème siècle et le milieu du 19ème siècle, au fur et à mesure de la fermeture des cimetières pour raison d’insalubrité.  Le premier fut le cimetière des Innocents (l’actuel quartier des Halles) en 1785.

Certaines personnalités célèbres reposent ici, notamment François Rabelais, Jean de la Fontaine et Charles Perrault, ou encore Jules Hardouin-Mansart, Lavoisier , Madame Elisabeth , Danton et Robespierre.

catacombes (2)La première partie de la visite (environ 1 km) se fait dans les galeries abandonnées des carrières, sur environ la moitié du chemin.

On y remarque de curieuses inscriptions sur les murs (gravées à l’époque où ces carrières de la Tombe-Issoire ont fait l’objet de travaux de consolidation de soutènement des galeries).

G = architecte inspecteur Gentil en 1878 .

catacombes (13)Au milieu du parcours, des sculptures de Port-Mahon, oeuvre du carrier Décure, un ancien soldat qui avait été retenu prisonnier dans cette ville à Majorque.

catacombes (3)

catacombes (4)

catacombes (5)Voici la fin des galeries, ensuite commence le parcours dans l’ « ossuaire » :

catacombes (6)

catacombes (7)L’entrée de l’ « ossuaire » :

« Arrête, c’est ici l’empire de la mort » (inscrit sur le fronton) :

catacombes (9)Les ossements sont disposés de façon « romantique », les os longs et les crânes cachent les restes des squelettes entassés en arrière.

Cet ossuaire a environ une surface de 11 000 m2 (plus d’un hectare!), le parcours est d’environ 800 mètres.

catacombes (11)Voici dans la crypte de la passion, le « tonneau », un assemblage de crânes et tibias masquant le pilier :

catacombes (12)

catacombes (14)

catacombes (15)

catacombes (16)

catacombes (17)

catacombes (18)Enfin, juste avant de remonter à la surface, les « fontis » mis en scène, ce sont les effondrements des voies et des maisons au dessus des carrières, celui ci a été consolidé :

catacombes (19)En résumé:

Une attente (queue)  de 1 H 55 mn, (sous le soleil, et aussi la pluie et la grêle, magie des giboulées de mars,

nous avons passé une bonne heure dans ces galeries,

nous étions vraiment tranquilles, (il ne peut y avoir que 200 personnes au fond)

difficile de prendre des photos de bonne qualité, pas de flash!

une visite très « exotique » !

 

Palais Bourbon 3

[huge_it_maps id= »3″]

Dernière partie de notre visite au palais Bourbon !

Après avoir quitté Victor Hugo, le premier des européens, nous entrons à présent dans la salle Casimir-Perrier. Elle est inspirée des basiliques romaines, sa voûte est recouverte de caissons :

Cliquez sur les photos

ass nationale (2)Le salon Casimir-Perier est la salle que traversent les ministres lorsqu’ils se rendent, venant de la cour d’honneur,  dans la salle des Séances.

casimir perrier

document de l’assemblée nationale

Au fond de la salle, un bas-relief en bronze de 3,7 tonnes est coulé dans le mur (le perchoir de  l’hémicycle est situé juste derrière ce mur). Le sculpteur est Aimé-Jules Dalou. Le bronze compte 67 figures. Il a été créé pour célébrer le 1er centenaire de la Révolution française. Il représente la séance parlementaire du 23 juin 1789, au cours de laquelle Mirabeau lança au Marquis de Dreux-Bré la fameuse phrase :

« Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes »

ass nationale (1)Ce bronze fut exécuté d’un seul jet, à la cire perdue, il mesure 6,5 mètres sur 2,3 !

bronze de Dalou

document de l’assemblée nationale

bronzePour la petite histoire, ce bronze a failli être transformé en canon pendant la seconde guerre mondiale .. seule l’ampleur de la tâche et le possible effondrement de l’hémicycle a fait reculer les Allemands !

 La salle est située dans l’axe de la cour d’honneur du palais Bourbon :

casimir perrier (1)Au centre de la cour d’honneur, une Sphère monolithe de granit noir, de Walter de Maria, commémore la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et le bicentenaire de la Révolution français.

Une porte monumentale, la porte de bronze, s’ouvre sur la cour :

casimir perrier (2)Voici maintenant la salle des Conférences, lieu plus intime, plus confortable,  ancienne salle à manger du prince de Condé. Les symboles royaux sont partout ! Sur le manteau de la cheminée, la couronne de France surplombe le buste de Marianne.

salle des conférences (3)

salle des conférences (4)

salle des conférences (5)

peintures de Heim

salle des conférences (2)Le piano, comporte des casiers dans lesquels les députés trouvent leur courrier :

salle des conférences (1)Tout est confortable, le moelleux fauteuil, la moquette royale :

salle des conférences (6)Nous passons maintenant dans la Bibliothèque de l’Assemblée Nationale (en fait il n’y a que quelques mètres d’accessible!). C’est une pièce absolument magnifique, peinte par Delacroix, dans les années 1840, qui illustre les 5 pivots de la pensée humaine : la poésie, la théologie, la législation, la philosophie et les sciences :

bibliothèque (5)

bibliothèque (6)

bibliothèque (4)

bibliothèque (2)

bibliothèque (1)La Bibliothèque possède des trésors inestimables, livres de toutes époques, manuscrits de grands écrivains, incunables (livres édités avant 1 500), ou aussi, plus étrange, le masque mortuaire de Mirabeau ..

Elle ne contient que 1/10 ème de tous les ouvrages détenus au palais Bourbon.

Dernière salle, celle des Mariannes, présente depuis 2004 une collection hétéroclite de bustes de Marianne, figure allégorique de la République française.

marianne (3)

marianne

marianne (1)Avec cette dernière photo d’une sculpture – caricature,

je termine ces 3 longs billets sur cette visite du palais Bourbon ..  j’espère que cette overdose de photos et de commentaires ne vous a pas ennuyé !

merci d’avoir suivi cette visite avec moi !

Si vous avez apprécié ces quelques articles sur l’histoire du palais Bourbon, laissez moi un petit commentaire, cela me fera très plaisir !

une dernière information :

plan palais

plan du palais Bourbon, ce n’est pas tout à fait notre visite, mais qu’importe

et 2 photos aériennes, trouvées sur le  site

1 le fronton,  2 l’hémicycle,  3 la cour d’honneur,  4 la Bibliothèque,  5 la salle des Fêtes,  6 l’hôtel de Lassay,  7 le pont de la Concorde,  8 le quai d’Orsay,  9 la Seine,  10 la salle des Pas-Perdus,  11 la salle des Quatre-Colonnes,  12 le salon Delacroix,  13 la salle Casimir-Perrier,  14 le salon Abel-de -Pujol,  15 la salle des Conférences,  16 le salon des Mariannes

vue aérienne

vue aérienne (2)