S’il te plait, dessine moi un jardin

Charlotte, du blog « Le jardin du chat vert », nous propose de présenter un tableau qui fait « vibrer notre corde sensible de jardinier ».

Il y a plusieurs tableaux qui entrainent mon âme dans des jardins imaginaires (ou pas), mais il y en a un qui m’a littéralement « scotchée » lorsque je l’ai vu au musée Marmottan, à Paris, c’est « le cerisier » de Berthe Morisot.

Je n’observe pas complètement le thème imposé, mais le verger fait partie intégrante du jardin, alors j’assume mon côté sucré !

Cette peintre étant ma préférée entre toutes, je voulais ainsi lui rendre hommage !

Je trouve ce tableau si charmant, si désuet, si frais, que l’émotion arrive quand j’imagine Berthe peignant sa fille Julie Manet et sa nièce Jeannie Gobillard.

Le Cerisier, 1891, Berthe Morisot, à Mézy-sur-Seine, dans le jardin de la maison Blotière :

berthe-morisot-le-cerisier

Sur le site du musée :

Huile sur toile, 154 × 80 cm, musée Marmottan Monet, Paris.  « Cette charmante œuvre, comme saisie sur le vif dans la lumière de printemps, est en fait l’inverse de ce qu’elle paraît : une peinture méditée, conduite en de multiples études, après maints efforts et changements de modèles. Elle est, de plus, menée en un temps de détresse, entre la maladie et la mort de son mari, ce que le spectateur ne peut imaginer en contemplant cette joyeuse cueillette… Commencée par un dessin aux crayons de couleur pris sur le vif, l’œuvre définitive est menée à bien sur les encouragements de Renoir, après maintes études de détail et d’ensemble… La qualité graphique de la composition, orchestrée autour de l’échelle, ainsi que la souplesse de la touche, toujours vive mais plus longue, dessinant dans la couleur formes et silhouettes, repose sur cette multiplicité d’études sans rien perdre de naturel. » (Dossier de presse de l’exposition 2012, musée Marmottan Monet)

 

Et comme je ne boude pas mon plaisir, je vous propose un second tableau, vu au musée d’Orsay, à Paris, que j’admire aussi beaucoup, tant il semble vivant (on dirait une photo). Rosa Bonheur est une grande peintre !

Et là c’est mon coté campagnard que j’assume, les animaux de la ferme m’ont toujours fait craquer..

Il s’agit du tableau intitulé Labourage nivernais ou Le sombrage, 1849, Rosa Bonheur :

rosa-bonheur-labourage-nivernais

 Sur le site du musée :

Datée de 1849, cette scène décrit le premier labour, appelé sombrage, que l’on effectue au début de l’automne […].

C’est d’abord une scène animalière, dont les héros sont les boeufs eux-mêmes, qui laisse peu de place à l’homme : le bouvier est bien petit sur cette toile. C’est un hymne au travail des champs dont la grandeur est d’autant plus magnifiée qu’il est aisé de l’opposer, en ces lendemains de révolution, aux turpitudes de la ville. C’est également une reconnaissance de la province, ici le Nivernais, de ses traditions agricoles et de ses paysages.

 

Bonne journée à tous, au soleil j’espère !

 

 

plus récents plus anciens
Me notifier des

J’aime beaucoup ces tableaux présentant la vie à la campagne tels que ceux qu’on voit à Orsay ou dans le musée de la piscine à Roubaix. J’ai vu ce week-end l’exposition sur le second empire à Orsay et il y a un tableau présentant une procession dans les champs qui m’a beaucoup plu….mais je ne me souviens plus du peintre!

Je partage tes choix. Le tableau de Rosa Bonheur est très puissant. Je l’ai aussi beaucoup admiré à Orsay. Cette peintre a dû se déguiser en homme pour pouvoir pénétrer dans les abattoirs et observer l’anatomie des boeufs. Quel engagement dans sa peinture! Bisous Catherine.

ho mince me voilà frustrée, j’ai beau renouveler la page je ne parviens pas à visualiser le premier tableau et pourtant après avoir lu son histoire j’avais grande envie de tenter d’en percer les émotions !! je vais du coup aller le voir sur le net !! par contre le deuxième est extraordinaire de réalisme : impressionnant !! je vais en profiter pour aller voir aussi ses autres oeuvres !!! merci pour ce joli partage , bisessssssss

Toinon

Admirables ces deux tableaux. Le travail de labourage avec des bœufs, ça je l’ai vu dans ma jeunesse, c’est beau, c’est puissant ! Moi aussi je garde en mémoire certaines odeurs, un vrai catalogue !

Emmanuelle

Bonjour Catherine deux tableau superbe le premier je connais et grâce à vous je découvre son histoire ,le deuxième est de toute beauté le travail des champs d’une autre époque .
Belle soirée Catherine et merci

Mimi lechat

Moi, c’est le peintre montmartrois Suzanne Valadon qui a ma préférence, seulement je ne crois pas qu’elle ait peint des tableaux sur les jardins, même si à son époque Montmartre était un village de campagne.

Sinon, très beau choix Cathie, j’aime tout particulièrement le cerisier.

j’aime beaucoup ces deux tableaux que tu as choisi , le premier j’admire beaucoup ces peintures mais je ne connaissais pas son histoire, et le deuxième ma parle car étant été élevée dans une ferme à la campagne ,c’est admirable le rendu de la terre , de l’herbe et du bétail bien sûr
bonne journée au soleil

Bien sûr que si tu respectes parfaitement le thème ! Je découvre avec bonheur ce tableau de Berthe Morisot. Je connaissais l’artiste, bien sûr, mais pas cette œuvre.
Quant au tableau le labourage nivernais, je suis restée bouche bée devant l’été dernier lors de ma visite du musée d’Orsay. C’est un travail photographique…la lumière, la profondeur, le travail des couleurs, tout cela est bluffant !!