Catégorie :Divers

Chronique d’une mort annoncée

Voici le roman photos de la destruction d’un charmant bosquet de bouleaux communs.

Charmant, charmant?

Non pas vraiment, dès 15 heures, en été, le jardin au sud de la maison est à l’ombre, et sous son imposante chevelure, la pelouse ne pousse plus, (il ne reste que de la mousse .. 😥 ), et les plantes manquent de soleil.

Cet ensemble de quelques bouleaux a été planté juste à côté de notre haie, il y a 40 ans, (bien avant que nous n’arrivions, donc) et je lui reprochais son épais feuillage .

Cette année notre voisin m’a annoncé qu’il allait faire couper ses bouleaux (que j’exécrais, honte à moi 😳 ), et j’ai réussi à lui cacher ma joie. Il craignait que ces arbres ne tombent lors d’une tempête sur notre maison. Ce dont je doute, mais sait on jamais?

Alors ce mercredi a été le dernier jour de ces malheureux bouleaux.

L’élagueur a fait un excellent travail.

Déjà quelques branches sont tombées :

J’ai fait mon espionne toute cette journée exceptionnellement belle et chaude :

La tignasse tombe petit à petit :

Et là, en moins de 3 secondes, le dernier et plus gros des troncs tombe dans un beau fracas :

A pu 😛  :

Je fais ma curieuse :

Belle bête !!

Cela va sans dire que je suis assez contente ce soir, le jardin du sud va revivre !!

Et nous pourrons admirer bien mieux les beaux chênes centenaires qui se trouvent sur la butte du jardin de notre charmant voisin.

Ne pensez pas que je sois insensible, à dire vrai, j’ai un peu mal au coeur, couper un arbre est un acte douloureux. On ne se rend pas compte en plantant arbres et arbustes, qu’ils vont grandir bien vite et parfois seront dangereux ou gênants …

Et pour terminer sur une note toute douce dans ce monde de brut, ioda la câline, abandonnée contre son coussin :

Bonne journée !

Et ce matin, une vue superbe depuis la terrasse sur les vieux chênes :

Ma petite collection de bonsaïs

Depuis toujours, je suis attirée par les bonsaïs d’extérieur. Ces petits arbres minuscules sont un concentré des grands. Ils ne souffrent d’aucune maladie et ne sont pas martyrisés par leurs “propriétaires”.

Ma maman m’a transmis ce “virus”, elle possède des bonsaïs de plus de 25 ans, dont celui ci :

Voici les miens, ils sont tout jeunes.

Je les ai “récoltés” dans notre jardin ou dans notre bois (chênes, érables, etc), ou ils proviennent du jardin de mes parents (tulipier, chênes d’Amérique, etc).

Ce ne sont pas des arbrisseaux, mais de vrais arbres.

Mon chéri m’a fabriqué une structure où je peux exposer les petits arbres, que j’ai peinte en anthracite et les feuillages ressortent bien (coucou Estelle 🙂 ).

Un tulipier :

J’aime beaucoup la forme de ses feuilles :

Voilà sa maman, dans le jardin de mes parents :

En fleurs, ce printemps :

Ces petites arbres n’auraient pas pu survivre, ni dans la forêt, ni dans les jardins. Il faut absolument garder ceci à l’esprit, je ne les fais pas souffrir, je m’en occupe avec beaucoup d’attention, je les nourris et les arrose consciencieusement.

Je les bichonne, je les aime 😛  !

Un cerisier, né dans le jardin de mes parents :

Issus du jardin de mes parents, des chênes d’Amérique de ce printemps :

Voici le géniteur :

Les arbres, dans de mauvaises conditions, froid, chaud, sécheresse, vent, restent petits, vous avez tous déjà vu des arbres rabougris en forêt sous les frondaisons des autres arbres ..

Nous avons vu en Islande des bouleaux adultes qui mesuraient moins de un mètre de haut !

Un chêne de la forêt :

Un bébé de quelques années du grand pin qui se trouve dans notre bois :

J’ai la modestie de penser que j’ai sauvé ces arbres de l’oubli et d’une mort assurée .. mais peut être me trompé-je? ( 😀 )

Qu’en pensez vous ?

Un pommier :

J’ai conscience que beaucoup de personnes n’aiment pas les bonsaïs, parce qu’elles pensent que l’on fait du mal aux arbres et que c’est contre-nature.

Si quelqu’un connait celui ci, je pense à un tilleul ? (avec sa feuille cordée)

Les petites graines volantes ont colonisé les pots des bonsaïs, laitue, verveine de Buenos Aires ou ancolies  😛 :

J’ai perdu ce printemps un bonsaï noyer qui avait 7 ans, “bébé” du noyer de mes parents et j’ai été peinée lorsqu’il n’a pas repris sa croissance. Les froids de l’hiver dernier lui ont certainement été fatals .. 🙁 

Dans notre bois, j’ai repéré plusieurs arbres de l’année ou de moins de 2 ans, qui ne grandiront pas; en automne, j’en ferai des bonsaïs (châtaigniers, charmes, pins et autres).

Voilà!

Bonne journée à tous

 

Et voici un cadeau pour ceux qui sont allés jusqu’au bout de ce déjà long billet et qui apprécient les bonsaïs. Ce sont des photos (prises avec mon petit panasonic) de magnifiques sujets pris dans le jardin botanique de Montréal, en 2010, et qui m’ont fait rêver :

L’éléagnus de nos jardins :

Détails :

 

L’animal aujourd’hui : que savons nous de lui ?

Je vous invite tous à l’exposition qui marque l’anniversaire des 40 ans de “La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences (LFDA) “, et qui se déroule du 28 août au 2 septembre, à la mairie du 5ème arrondissement de Paris, devant le Panthéon.

A ne pas en douter, ça sera une exposition de grande valeur pédagogique et didactique, organisée et dirigée par notre fille Sophie et tous les bénévoles de la Fondation.
J’y serai présente le mardi 29 août après midi, alors si le bien-être animal vous intéresse, nous pourrons nous rencontrer avec plaisir !!

Catherine

La “Ligue française des droits de l’animal” (LFDA) est créée le 25 août 1977 et déclarée d’utilité publique par décret du 7 novembre 1985.  

Elle devient Fondation reconnue d’utilité publique par décret du 21 juillet 1999. En 2010, elle est renommée “La Fondation Droit animal, éthique et sciences” (LFDA).

Cette exposition est intitulée :

“L’animal aujourd’hui : que savons-nous de lui ?”

Depuis 40 ans, la LFDA multiplie les actions pour impliquer consommateurs, éleveurs, chercheurs et grand public dans ce vaste combat pour la reconnaissance et le respect des droits des animaux.

L’exposition a pour ambition de lutter contre les dogmatismes et les idées reçues en présentant des éléments scientifiques
ainsi que les considérations éthiques qui nous poussent à véritablement prendre en compte les besoins et les intérêts des animaux.
 

 

Cette exposition a pour objectif d’offrir au public des connaissances qui lui permettront de mieux comprendre les enjeux liés à la condition animale.

Les thèmes de l’élevage, de l’expérimentation animale, des parcs zoologiques, etc. seront abordés, ainsi que des notions et concepts indispensables à la bonne compréhension du sujet, comme la définition d’un écosystème, ou encore celles de la sensibilité et de la conscience animale.
 
L’exposition aura lieu du lundi 28 août au samedi 2 septembre 2017 dans la salle René Capitant de la mairie du 5ème arrondissement de Paris, et sera ouverte au public de 10 heures à 18 heures.
L’exposition est accompagnée au premier étage de dessins animaliers par l’artiste Brigitte Renard.
 

Je vous encourage vivement à venir suivre l’exposition.

Et si vous voulez approfondir votre connaissance de la Fondation, le site internet de la LFDA sera opérationnel pour la fin du mois. Je vous donnerai le lien à ce moment là.

Bonne journée à tous !

 

Et, puisque cet anniversaire est très particulier, voici en quelques mots, l’histoire de la formation de la LFDA il y a 40 ans :

Les fondateurs sont le Professeur Alfred KASTLER, membre de l’Académie des sciences et Prix Nobel de physique, le Professeur Rémy Chauvin, biologiste éthologue, le Professeur Jean-Claude NOUËT, médecin biologiste, vice-doyen de la faculté de médecine Pitié-Salpêtrière (Université Paris VI “Pierre et Marie Curie”), Philippe DIOLE, écrivain, journaliste, plongeur et auteurs de séries de films télévisés du commandant Cousteau et Georges BROUWERS,avocat.

Ce n’est pas le hasard qui les a réunis, mais l’action en faveur de la  cause animale que chacun avait menée de 1973 à 1977, durant une phase préliminaire à la création de l’association.

Le Pr Chauvin, titulaire de la chaire d’éthologie à la Sorbonne, publiait de nombreux articles et ouvrages scientifiques sur le comportement animal.
Le Pr Kastler, vice-président de l’Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, mettait déjà sa notoriété au service de la condition des animaux d’élevage, depuis leur naissance jusqu’à leur abattage.

Philippe Diolé multipliait ses articles et surtout ses ouvrages : Les Animaux malades de l’homme en 1974, Lettres au Président de la République sur la mort des Français en 1975, La symphonie animale en 1977, collection dont deux titres ont paru avant sa disparition en novembre 1977.

De son côté, le Pr Nouët dénonçait les scandales liés au trafic des animaux sauvages et à leur détention, actions abondamment relayées par les organes de presse, notamment la fermeture de Tropicanium, une grosse entreprise de trafic d’animaux exotiques située près de Meaux en 1974 (la découverte de près d’une tonne de cadavres d’animaux est à l’origine de l’arrêté du 2 octobre 1974, le tout premier texte réglementant en France le commerce de la faune sauvage).

Pour faire reconnaître des droits aux animaux, combattre les exploitations abusives des animaux domestiques et sauvages, dénoncer les mauvais traitements et les actes de cruauté, combattre les actes menaçant la nature, promouvoir le respect de l’animal, faire connaître, faire appliquer strictement et faire évoluer les lois et les règlements du droit de l’animal, sous la conduite de ses présidents successifs,

la LFDA a œuvré durant quarante ans en multipliant de manière importante ses actions et ses réalisations.

Une réalisation parmi d’autres, et celle ci est emblématique, La Déclaration Universelle des Droits de l’Animal :

Co-rédigée par la LFDA, elle a été proclamée solennellement à Paris le 15 octobre 1978, à la Maison de l’Unesco.

Elle constitue une prise de position philosophique sur les rapports qui doivent désormais s’instaurer entre l’espèce humaine et les autres espèces animales.

Louis Schweitzer préside depuis 2012 le conseil d’administration de la LFDA qui, aux côtés d’un comité scientifique et d’un comité d’honneur, forme un groupe pluridisciplinaire de réflexion et d’études visant à transposer dans le droit les connaissances et les avancées scientifiques ayant pour finalité l’amélioration des conditions de vie des animaux. Notre fille est la directrice de la Fondation.

 

Bonne fête Maman

Pour ma Maman  et aussi pour toutes celles à qui personne ne pense ..

“Ballerina” :

Ma rose chérie, “Albertine”, avec arum et la clématite “Ernest Markham” :

“Astronomia” et “Burgundy Ice” :

“Madame Alfred Carrière ” et l’iris “Blue Rythm” :

“Clos fleuri jaune” :

Dans la mare, premières fleurs du nymphéa “Colorado” :

Dahlia “Arabian Night” dans le potager :

“Raven girl” (raven = corbeau) :

Les floraisons des rosiers sont à leur apogée, je ferai un billet cette semaine,

un gros orage est passé ce matin, j’espère que les roses n’en ont pas souffert,

J’embrasse très fort ma petite Mam,

à bientôt, bon dimanche !

 

 

4 ans !

Mon petit blog a 4 ans aujourd’hui !

Je suis épatée d’être encore ici à vous écrire, car je manque parfois de persévérance, il faut bien l’avouer .. d’où mon étonnement !! 😛  😛 

Car créer un billet plaisant, récréatif, intéressant et agréable à lire, est parfois laborieux et délicat, tous les blogueurs le savent bien ! Mais mon enthousiasme ne faiblit pas ..

Merci à vous toutes (parce que vous êtes principalement des lectrices) de prendre un peu de votre temps pour lire et surtout commenter les billets que je poste ..

et merci à vous Messieurs aussi !

De gros mercis aussi à toutes/tous mes abonné(e)s, dont le nombre augmente régulièrement.

Alors pour “récompenser” votre fidélité, j’aimerais jouer à un petit jeu sans prétention, avec vous  (et je m’adresse également à tous les lecteurs muets de ce blog ;-), ne restez pas secret et silencieux  😛 )  :

laissez quelques mots en commentaires, en vous présentant ou pas (aucune obligation), et en écrivant ce que vous aimez (ou pas) sur ce blog (soyez sincère).

A la fin du mois, je ferai un tirage au sort parmi les commentaires, et j’enverrai une petite poterie de ma fabrication à celle (celui) qui aura gagné .. Voilà ! 😛 

Et enfin, je ne remercierai jamais assez mon chéri ♥♥♥ qui gère ce blog avec compétence et efficacité depuis 4 ans, sans jamais faillir !

Bon lundi à vous tous (toutes) !

Liens vers les 3 autres anniversaires : ici, et encore .

Qu’elle est belle la France !

Juste de retour d’un voyage éclair en Bourgogne, et sur l’autoroute du Soleil, profitant des travaux (et il y en a beaucoup!), avec ralentissements, j’ai pris quelques photos de Chateauneuf-en-Auxois :

Un vrai château de conte de fées :

Bouhey tout proche :

Une petite église typique que je prends en photo à chaque fois que je passe dans le village de Pourlans (Saône-et-Loire) :

Et ces nuages ? (dommage, j’aurais pu faire des quantités de clichés de nuages de toutes formes, mais en roulant .. un peu compliqué 😉  )

J’aime beaucoup parcourir la France (je le fais si rarement), pour admirer tous ces beaux paysages, et ces villages si pittoresques ..

Et vous, appréciez vous notre beau pays ?

Bonne soirée !

 

 

 

 

 

Grandes marées

Voici un nouveau coup de vent avec en prime une grande marée de coefficient 103, la mer se retirant très loin, les rochers se découvrent.

Alors que je passais par la côte, j’ai pris quelques photos du Fort de Keragan qui était bien dégagé et sous un rayon de soleil ce midi (avec mon smartphone, soyez indulgent).

Alors après les vertes prairies de mon village, les rochers et la grande plage du fort Bloqué :

Au fond, le Finistère :

Erigé en 1747 pour protéger Lorient et la compagnie des Indes des rapines des Anglais (sic), il ne servit que pendant le Révolution française et de l’Empire.

Ce charmant fort est à louer, avis aux amateurs ! 🙂 

Isolé à marée haute, il est envahi de touristes à marée basse ! D’ailleurs récemment, les pompiers sont allés délivrer une famille qui était restée prisonnière du fort ! (elle ne devait pas être au courant qu’il y a des marées sur l’Atlantique 😆 )

Pour des photos du fort à marée haute, relisez ce billet. Sur celui ci vous le verrez au soleil couchant.

Bonne fin de journée à tous

 

Salon de l’agriculture in live

Aux alentours de mon petit village :

Les vaches me semblent bien plus heureuses dans leur pré, que sous les hangars à Paris 😉 ..

Bon WE à tous

Edit : Mimi le Chat nous a trouvé le nom des oiseaux qui accompagnent les vaches, ce sont des hérons garde-boeufs ! je suis ravie de le savoir.

photo du site:

Annick me demande pourquoi les vaches ont un médaillon bleu, quelqu’un a une idée ?

Volée de piafs

Non aujourd’hui je ne vous parle pas d’oiseaux du jardin, mais d’une association au grand coeur, Volée de piafs, qui “sévit” au centre de la Bretagne, à Languidic dans le Morbihan. Sa mission principale est d’accueillir, de soigner, de réhabiliter et de relâcher la faune sauvage en détresse.

Gros coup de gueule contre les pouvoirs publics qui ne soutiennent pas cette association. Heureusement elle peut compter sur nombre d’adhérents et de bénévoles, mais pour combien de temps encore ?

J’écris ce billet pour une triste mais belle histoire qui s’est bien terminée :

En mai dernier, le jour de l’Ascension, notre fils M. faisait sa promenade dans les bois du loch près de notre village, et il a trouvé une buse qui gisait sur le chemin, blessée. En ce jour férié, contactée par l’intermédiaire de la LPO du Morbihan, l’association Volée de piafs a recueilli la buse. Elle avait une fracture de l’aile qui a été opérée. Je n’ai pas eu de nouvelles depuis, mais je trouve admirable cette association qui s’occupe bénévolement de tous ces animaux sauvages accidentés ..

Bravo à tous ceux qui s’impliquent si fort dans la défense et les soins pour les animaux ..

Voici “notre” buse :

Une pétition est lancée : cliquez par ici.

Vous pouvez en lire un peu plus sur le canard 😛 du coin : cliquez ici :

 ou même sur ce canard 😛 parisien : cliquez là..

Vous pouvez aussi adhérer ou envoyer un don à Volée de piafs . Merci pour eux !

 

 

Je recopie ci-après la page de leur blog consacrée hélas à leur future fermeture :

Ou vous pouvez directement aller sur le site en cliquant ici :

Nous faisons face à un très grand bouleversement: l’obligation de fermer le centre de soins.

 

A compter du 11 février 2017, aucun oiseau ou mammifère en détresse ne pourra être accueilli au centre pour y être soigné.

Vers qui vous tournerez-vous alors quand vous trouverez en animal en détresse ? La réponse est : nous n’en savons rien !

Tout ce que nous savons aujourd’hui, c’est qu’il est impossible de continuer ce travail de titan sans y laisser des plumes. Pour rappel, Didier et Marie, fondateurs du centre en 2007, se sont voués corps et âme à cette entreprise devenue titanesque au fil des années et y ont investi toutes leurs économies personnelles. Aujourd’hui, nous sommes épuisés, physiquement ET moralement.

Imaginez-vous : 1 seul et unique capacitaire soins BENEVOLE (qui a par ailleurs un métier d’artisan) qui gère au quotidien sans prendre un jour de congé et ceci depuis 10 ans, à la fois l’arrivée des nouveaux pensionnaires, mais aussi les équipes changeantes de bénévoles et de services civiques qui sont là pour aider. Nous remercions d’ailleurs toutes ces personnes qui ont à chaque fois pris leur tâche au sérieux et sans qui des centaines d’animaux n’auraient pas survécu.

Epuisés aussi moralement. Pendant 10 ans, nous avons lutté pour trouver des subventions, des bénévoles réguliers, des financements pour assurer les frais de fonctionnement du centre et salarier des personnes en contrat aidé. Nous avons sollicité l’aide d’élus, en vain. M. Métairie, Président de notre communauté de communes a même refusé de nous recevoir en rendez-vous alors que de 40 % des animaux accueillis proviennent de ce périmètre.

C’est vous, les donateurs et adhérents (+ 600 à ce jour), les sympathisants, les bénévoles qui nous ont le plus aidés !

Nous tenons néanmoins à souligner le soutien de notre député M. Philippe Noguès depuis le début de son mandat et encore à présent en cette période très difficile et celui des communes de Languidic, Plouharnel, Erdeven, Carnac, Etel, Plouhinec et Pluméliau durant ces 3 dernières années.

Aujourd’hui, il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts pour qu’il n’y ait plus de tempêtes en Bretagne qui affaibliraient les animaux, plus de marées noires, plus de dégazages intempestifs en mer, plus de chouettes imprudentes qui viennent nicher dans les cheminées, plus de voitures pour choquer les oiseaux intrépides, plus de psychopathes pour les maltraiter, plus de phoques désorientés, plus de vitres transparentes, plus de chats croqueurs d’oiseaux (plus de 10 % des accueils)… 

Il y a un dicton qui dit : personne n’est irremplaçable, et pourtant on a beau faire le tour de la question, il s’avère qu’il n’existe aujourd’hui en région Bretagne AUCUNE structure capable d’accueillir, de soigner et de réhabiliter tous les animaux qui ont été confiés à l’association Volée de piafs ces 10 dernières années, soit 13350 animaux.

Le succès de Volée de piafs est incontestable. Les citoyens sensibles à la préservation de l’environnement et en particulier à la souffrance de la faune sauvage et des animaux en général ont prouvé que l’existence des centres de soins de la faune sauvage comme le nôtre est indispensable.

 

Vous êtes indignés par cette fermeture? Vous voulez nous soutenir?

Faites le savoir: Envoyer un courrier à vos élus, au Conseil Régional de Bretagne, au Conseil Départemental 56, à Lorient Agglomération – Courrier type à télécharger:  Télécharger « Courrier à envoyer aux élus.pdf »

Venez nous retrouver lors de notre assemblée générale le 11 février 2017,  à la salle des 1 000 clubs – Rue du Parc des Sports à Languidic, afin d’échanger ensemble sur cette bien triste décision.

Le dernier billet :

L’association Volée de Piafs, au travers de son centre de sauvegarde de la faune sauvage, a pour objectif la préservation de la biodiversité. Sa mission principale est d’accueillir, de soigner, de réhabiliter et de relâcher la faune sauvage en détresse. Elle participe également à des programmes nationaux et internationaux d’étude et de réintroduction des espèces ainsi qu’à des actions favorables à la protection de la nature et de l’environnement.

– Qu’est ce qu’un centre de sauvegarde de la faune sauvage ?

Un centre de sauvegarde de la faune sauvage (ou centre de soins pour la faune sauvage) est un établissement agréé accueillant les animaux sauvages en détresse en vue de les réinsérer dans leur milieu naturel. 

Au-delà des soins apportés aux animaux, les centres de sauvegarde recherchent et étudient les causes de destruction de la faune sauvage et participent aux programmes de restauration d’espèces menacées dans leurs milieux.

  

Volée de piafs      Volée de piafs

– Historique de Volée de Piafs

Le centre de soins Volée de piafs, fondé par Didier Masci et Marie Sillières, a vu le jour en juillet 2007. Basé à Languidic dans le Morbihan, il est l’un des trois centres de soins Bretons et le seul de la région habilité à recevoir à la fois des oiseaux marins et continentaux, des mammifères et des chiroptères. Le centre accueille en moyenne 2500 individus par an, majoritairement des oiseaux (oiseaux marins, rapaces, oiseaux nocturnes, passereaux…) mais aussi des mammifères (chevreuils, hérissons, lièvre, martre, chauve souris…).

De nombreuses infrastructures et des compétences spécifiques ont donc été mise en place depuis 2007, afin d’accueillir les animaux dans les meilleurs conditions.

Volée de piafs

– Fonctionnement du centre

Le centre de soins nécessite de nombreuses structures : infirmerie, volières, animalerie pour petits oiseaux et petits mammifères, volières et enclos de quarantaine, matériels spécifiques pour les animaux marins, ainsi que diverses installations annexes.

L’équipe de Volée de Piafs (entièrement bénévole) fonctionne sous la direction du responsable capacitaire. Le champ des connaissances dans un centre de soins est vaste. Le travail d’un responsable capacitaire ne se limite pas à réduire des fractures, laver un oiseau mazouté ou connaître le protocole d’élevage des bébés hérissons. Il doit savoir identifier les espèces, connaître leurs besoins vitaux et leur mode de vie, savoir aménager des structures adaptées et sécurisées pour les animaux et les personnes, etc…

Volée de Piafs ne fonctionnerait pas sans le soutien financier de ses adhérents et de ses partenaires, ni sans l’appui des bénévoles. Nous remercions donc les personnes qui s’impliquent dans notre projet. Si vous souhaitez adhérer à Volée de piafs et participer à la vie du centre cliquer ici

 

Une pétition est lancée : cliquez par ici.

Vous pouvez en lire un peu plus sur le canard 😛 du coin : cliquez ici :

 ou même sur ce canard 😛 parisien : cliquez là..

Vous pouvez aussi adhérer ou envoyer un don à Volée de piafs . Merci pour eux !

Bonne journée

Avis de tempête

En attendant le gros coup de vent, annoncé pour cette fin de semaine, je suis allée faire un petit tour sur la côte.

Bien sûr la tempête n’arrête pas les Bretons :

Le Fort Bloqué, ou de Keragan, que vous pouvez voir sur ma bannière :

Je me retourne, et tout au fond, le Finistère :

Bien sûr, le soleil avait décidé de jouer à cache-cache :

A l’arrière plan, l’ile de Groix :

Le petit rectangle noir au milieu, c’est le Fort Bloqué :

et pour terminer cette petite série, une en N&B, pour le plaisir !

et au jardin, quelques prémices des floraisons :


Bonne journée  🙂 !

Vous pouvez aussi voir mes autres billets sur les tempêtes sur ce billet, sur celui ci ou encore sur celui-là. Bonne lecture !

 

Edit  : sur France 2, au journal de 13 heures, un des reportages montre mon petit coin de Bretagne, le Fort Bloqué et les kite-surfeurs! je n’ai pas vu les journalistes, mais j’étais sur la plage à la même heure .. 😛 

 

Joyeux Noël!

Je souhaite à tous ceux qui passeront aujourd’hui sur ce blog, abonné(e)s ou non, un très heureux Noël, entouré(e)s de ceux que vous aimez.
Prenez soin de vous et de tous vos proches ! 🙂

petite création maison, mais j’ai piqué l’idée sur pinterest, impossible de me souvenir chez qui..

 

Et en attendant le printemps, je vous offre ces jolies fleurs du rhododendron “Dreamland” du 16 mai 2016 :

Je n’oublie pas ceux qui sont seuls en ce jour de fête ..

Belle fin de journée !

 

Tintin !

Récemment, je suis allée visiter l’exposition au Grand Palais, à Paris, sur Hergé, le génial dessinateur belge de Tintin (de son vrai nom Georges Remi).

Localisation

Si cette exposition m’a passionnée (Tintin a été et reste un de mes héros de BD préférés) (j’ai gardé mon âme d’enfant), je la conseille surtout à ceux qui comme moi, sont des lecteurs enthousiastes de ce genre de BD.
Je ne sais pas si les plus jeunes lisent encore ces BD un peu datées .. qu’en pensez vous?

1 2

Hergé, peint par Andy Warhol en 1977 :

3

Il a fallu de nombreux croquis à Hergé pour obtenir une planche de BD, voici un aperçu de son travail :

4 5 6 7

Tintin a un joyeux caractère même pendant les pires catastrophes (fresque sur un mur) :

8

Le premier album de Tintin parait en 1929 dans le supplément “Le Petit Vingtième”  du journal belge “Le Vingtième Siècle” :

9

13

Un détail d’une BD que j’adore tout particulièrement, tellement Milou, le fidèle fox-terrier de Tintin, semble vivant :

10

Dans l’exposition, il y a quelques maquettes, toutes assorties à une BD, dont celle ci :

11 12

Un mur immense, placardé de couvertures de BD dans toutes les langues (plus d’une centaine de traductions) :

14

Tintin a la mauvaise habitude de se trouver toujours dans des endroits absolument improbables et dangereux 🙂 :

16

Voici la maquette de Moulinsart, le château du capitaine Haddock, le meilleur ami de Tintin. Son architecture a été inspirée du château de Cheverny, dans le Loir et Cher (photo sur le mur du fond) :

17

Hergé avait d’autres activités, dont celle de dessinateur de publicités :

18

L’expo se termine :

19

J’ai apprécié cette exposition sur Hergé et Tintin, même si j’avais quelques connaissances sur ce dessinateur talentueux et sur Tintin. Mais le cheminement dans l’expo montre l’évolution de ce petit personnage un peu énigmatique, et surtout les progrès d’Hergé dans l’élaboration, la mise en page, la recherche en amont des lieux, la finition des planches, et c’est cela qui m’a beaucoup plu.

Mais j’ai eu un petit pincement au coeur, en apprenant qu’Hergé avait quelques collaborateurs qui remplissaient les “vides” dans les cases des planches des BD 😥 .

Hergé a publié 23 album, le dernier en 1976, Tintin et les Picaros.

Hergé : 1907 – 1983.

A vous de vous faire une opinion, si vous avez l’occasion d’aller voir cette exposition.

Bon dimanche !

S’il te plait, dessine moi un jardin

Charlotte, du blog “Le jardin du chat vert”, nous propose de présenter un tableau qui fait “vibrer notre corde sensible de jardinier”.

Il y a plusieurs tableaux qui entrainent mon âme dans des jardins imaginaires (ou pas), mais il y en a un qui m’a littéralement “scotchée” lorsque je l’ai vu au musée Marmottan, à Paris, c’est “le cerisier” de Berthe Morisot.

Je n’observe pas complètement le thème imposé, mais le verger fait partie intégrante du jardin, alors j’assume mon côté sucré !

Cette peintre étant ma préférée entre toutes, je voulais ainsi lui rendre hommage !

Je trouve ce tableau si charmant, si désuet, si frais, que l’émotion arrive quand j’imagine Berthe peignant sa fille Julie Manet et sa nièce Jeannie Gobillard.

Le Cerisier, 1891, Berthe Morisot, à Mézy-sur-Seine, dans le jardin de la maison Blotière :

berthe-morisot-le-cerisier

Sur le site du musée :

Huile sur toile, 154 × 80 cm, musée Marmottan Monet, Paris.  « Cette charmante œuvre, comme saisie sur le vif dans la lumière de printemps, est en fait l’inverse de ce qu’elle paraît : une peinture méditée, conduite en de multiples études, après maints efforts et changements de modèles. Elle est, de plus, menée en un temps de détresse, entre la maladie et la mort de son mari, ce que le spectateur ne peut imaginer en contemplant cette joyeuse cueillette… Commencée par un dessin aux crayons de couleur pris sur le vif, l’œuvre définitive est menée à bien sur les encouragements de Renoir, après maintes études de détail et d’ensemble… La qualité graphique de la composition, orchestrée autour de l’échelle, ainsi que la souplesse de la touche, toujours vive mais plus longue, dessinant dans la couleur formes et silhouettes, repose sur cette multiplicité d’études sans rien perdre de naturel. » (Dossier de presse de l’exposition 2012, musée Marmottan Monet)

 

Et comme je ne boude pas mon plaisir, je vous propose un second tableau, vu au musée d’Orsay, à Paris, que j’admire aussi beaucoup, tant il semble vivant (on dirait une photo). Rosa Bonheur est une grande peintre !

Et là c’est mon coté campagnard que j’assume, les animaux de la ferme m’ont toujours fait craquer..

Il s’agit du tableau intitulé Labourage nivernais ou Le sombrage, 1849, Rosa Bonheur :

rosa-bonheur-labourage-nivernais

 Sur le site du musée :

Datée de 1849, cette scène décrit le premier labour, appelé sombrage, que l’on effectue au début de l’automne […].

C’est d’abord une scène animalière, dont les héros sont les boeufs eux-mêmes, qui laisse peu de place à l’homme : le bouvier est bien petit sur cette toile. C’est un hymne au travail des champs dont la grandeur est d’autant plus magnifiée qu’il est aisé de l’opposer, en ces lendemains de révolution, aux turpitudes de la ville. C’est également une reconnaissance de la province, ici le Nivernais, de ses traditions agricoles et de ses paysages.

 

Bonne journée à tous, au soleil j’espère !

 

 

Help !! au secours, le monsieur tout là-haut dans le ciel !!

Pouvez vous faire pleuvoir ? s’il vous plait ?

Je devrais peut être chanter au milieu de la pelouse toute sèche, craquante sous les pas et toute jaune paille .. 

1

j’arriverais peut être à faire tomber la pluie au-dessus de mon village ? mais j’en doute fort ..

2

La sécheresse sévit dans notre région (la Bretagne, pour ceux qui ne suivent pas régulièrement) et tout le jardin souffre !

Aujourd’hui j’ajoute un point météo dans ce blog, j’essayerai d’en faire un par mois, cela me permettra de me rappeler le temps qu’il a fait.

Toutes les courbes qui suivent sont issues du site infoclimat.fr (le lien donne le climat à Paris, 5ème pour l’année 2016).

Vous pouvez facilement retrouver le climat de votre ville ou d’une ville proche avec ce site.

Comme en ce moment c’est la sécheresse qui est le plus gros problème au jardin, voici les précipitations (hauteur à droite du schéma) :

A

Il a beaucoup plu en janvier,

B

mais ensuite, les précipitations ont bien diminué.

C D

en avril, 24,6 mm ,

E

en mai, 32 mm (alors qu’ailleurs en France, la pluie était devenue mousson),

F

en juin, 40,8 mm d’eau,

G

et depuis début juillet, 6 mm d’eau .. (et 34°C le lundi 18 juillet)

J’arrive au bout de nos réserves d’eau (environ 5 000 litres récoltés cet hiver), les hortensias (même les plus vieux) souffrent, les nouvelles plantes sont quasi à l’agonie, les légumes, malgré un arrosage quotidien, baissent la tête, jaunissent .. je suis un peu désespérée ..

Le coin des courges :

8

 

Heureusement il reste quelques jolies couleurs au jardin :

3

6

5

4

Je crains d’avoir oublié de surveiller les artichauts, heureusement il en reste encore :

7

et dans la mare :

9

Et chez vous, le manque d’eau fait il aussi de tels ravages ?

Bonne fin de journée !

Instantanés lorrains

Clichés pris vendredi dernier, 3 juin, dans les environs de Verdun, sur l’autoroute de l’est, depuis la voiture, donc à grande vitesse. Pardonnez le flou des photos !

1

L’orage grondait (enfin j’imagine) et le soleil éclairait les champs, les prés, les bois, les villages, j’ai trouvé ces paysages magnifiques ..

2

3

Le village lorrain traditionnel :

4 5 6 7 8

Une seconde plus loin :

9

J’ai adoré le clair-obscur de ces paysages :

10 11 12

Et sur le retour, lundi matin, ces fumées blanches m’ont interpellée :

13

J’ai retrouvé le jardin tout sec, après avoir vu les inondations autour de Paris et dans l’est, quel contraste !

Bonne journée à tous

 

13
12
11
10
9
8
7
6
5
4
3
2
1

 

3 ans

Encore un anniversaire !

Il y a 3 ans, jamais je n’aurais imaginé que ce blog perdurerait aussi longtemps, et même si ces derniers temps je poste moins, faute de temps, j’ai un grand nombre d’idées de billets en tête ..

Ici, le premier billet du blog, là, celui du 1er anniversaire et enfin ici, celui du second, (cliquez).

A

B

C

 

Merci à vous, mes abonnées/abonnés, et à vous tous, qui parfois, passez ici lire quelques billets, pour vos commentaires toujours positifs et sincères, ils me sont précieux.

Et bien sûr un grand merci à mon chéri , qui assure toujours avec brio et bienveillance la partie technique du blog !

Et si, aujourd’hui, lectrices/lecteurs muettes/muets, vous laissiez quelques mots sur ce blog ?

Bon dimanche à tous !