Category Archives: jardin

Point météo août

Point météo qui en suit un autre tout récent, je suis sûre que je vous ai déjà tous perdus sur cet article  😀 😉 !

Mais j’assume, ces billets météo me sont absolument non indispensables mais bien utiles, notamment pour les explications de non-rendement au potager.
En fait ils éclairent un peu plus la notion de réchauffement climatique de ces dernières années dans ce coin de France où nous habitons.

Rappelez vous, il y a quelques années (disons les dernières cinquante années du 20ème siècle, une période que les moins de 20 ans n’ont pas connu 😛 ), la Bretagne avait cette réputation :

Les campeurs étaient soumis aux précipitations estivales, mais LE campeur qui venait passer ses vacances en Bretagne était un inconditionnel de cette si belle région, et s’en fichait complètement !

Pour conclure sur cette période qui ne recevait que les groupies de la Bretagne (mes parents n’en faisaient pas partie, le climat espagnol était bien plus plaisant, et je passais l’été à bronzer sous le chaud soleil d’Espagne), voici les vacanciers de l’époque 🙁 )

Maintenant, dans ce 21ème siècle très hot, voici plutôt comment le ciel traite la Bretagne :

“Vanille Fraise” sèche sur pied :

(la pelouse verte correspond à l’épandage des eaux usées)

La rose unique d’ “Amber Queen” me fait mentir :

Passons aux choses plus sérieuses, puisque je n’ai toujours pas abordé mon point météo 😉 

2018:

Un mois absolument sec, avec 15 mm d’eau, qui correspond à un arrosoir 1/2 par m2.

(10 mm en pluviomètre correspond à un arrosoir de 10 litres par m2)

Rien de chez rien 🙁 

Tout est jaune ici, la pelouse ressemble à de la paille, les fleurs sont absentes ou riquiqui, l’impression de désolation prédomine. Je ne peux même pas appuyer mes propos par des photos, vous seriez effarés. La côte d’Azur transportée ici, c’est drôle non ? (en fait pas du tout).

Pour exemple, il a plu bien plus à Montpellier (22,5 mm), à Bordeaux (19,2 mm)  ou encore à Cannes (28,4 mm) que chez nous.

Pour la chaleur, elle fut constante entre 20 et 30°C, (moyenne 24°C) avec un pic à 32,9°C le 3 août, et une minima basse à 8,2°C le 6 ( moyenne 13,4°C).

Bien sûr nous ne jouons pas dans la même catégorie que Montpellier, (un pic de 36,9°C), avec une moyenne maxima de 31,1 °C, ou une moyenne minima à 19,5°C), mais tout de même …
Mais je suis bien consciente que partout en France, la sécheresse a sévi et les ravages sont innombrables.

2017 :

On pourrait faire un copié collé avec 2018, tellement les températures et la pluviométrie sont similaires !

Au pluviomètre, 20,2 mm soit 2 arrosoirs par m2 !

32,6°C de maxima le 29 (moyenne de 23,6°C) et 7,2°C de minima le 31 (moyenne de 13,7°C).

Mais il y a inversion, en 2018, le mois était plus chaud dans la première moitié, et en 2017, c’était le contraire, il faisait bien plus chaud en fin de mois.

Je comprends aisément pourquoi l’impression de déjà vu au jardin fleuri et au potager s’est imposée si facilement !

Surtout au potager, car l’année fut très mauvaise, pour tous les légumes d’été, hormis les tomates qui, en serre, ont été arrosées consciencieusement.

C’est aussi cette année là que nous avons décidé d’augmenter nos capacités de réserve d’eau de pluie, et nous avons en 2018 acquis deux conteneurs de 1000 litres de plus. Soit presque 7000 litres au total en théorie. Cette année, avec les pluies tombées en juillet, les conteneurs se sont un peu rechargés, et actuellement, nous ne sommes pas en manque comme en 2016 (où nous avons du arroser avec l’eau courante).

2016 :

Encore un mois absolument identique à 2017 et 2018 !

Dans la pluviométrie, 11 mm (soit 1 arrosoir par m2) et dans les chaleurs , plus de 33°C !

33,1°C de maxima le 15 (moyenne de 25,1°C) et 8,4°C de minima le 31 (moyenne de 13,9°C).

Je pourrais même ajouter pire que les 2 années suivantes …

C’est cette année là que le potager a commencé à péricliter, malgré tous mes efforts d’arrosage.

 

2015 :

Un mois un peu moins chaud, puisque nous n’avons pas dépassé 30°C, et relativement bien arrosé pour un mois d’août.
29,5°C de maxima le 12 (moyenne de 22,3°C) et 7,3°C de minima le 28 (moyenne de 13,1°C).

75,8 en pluviométrie, soit 7 arrosoirs 1/2 (soyons précis 🙂 )

Depuis 2008, (info climat ne remonte pas au delà pour ma petite ville)  tous les mois d’août sont en général peu arrosés. Deux exceptions une en 2011, il avait beaucoup plu, 121 mm.

Et l’autre l’année précédente, le mois d’août avait également été bien douché, 82,8 mm, annonçant trois années de sécheresse.

Le potager s’était bien porté, une chance !

Voilà, je vous souhaite un beau mois de septembre, pour préparer un hiver qui sans nul doute, sera long et ennuyeux !

Bonne fin de dimanche !

(Je rends bien sûr toutes les cartes humoristiques à leurs auteurs !)

 

Point météo juillet

Je suis très en retard pour mon point météo du mois de juillet, mais tant pis, je l’écris quand même ! 😛 

Dans mon nouveau massif, une débauche de fleurs de gaura, de sétaria caramel (une annuelle qui se ressème très facilement et qui a envahi le jardin et qui me vient du talentueux David ) et de verveines de Buenos Aires (je note pour les 3 : fleurs résistantes 😉 ) :

Côté météo, ce que je remarque de suite, c’est qu’il a bien plu en juillet cette année, et cela a bien arrangé notre fille S. qui avait la charge du jardin (et des chats) pendant nos vacances ! 😉 

C’est pour cela aussi que le manque d’eau n’a pas été aussi catastrophique cette année que je l’avais imaginé. Mais il restait à S. le soin d’arroser les tomates dans la serre et mes petits bonsaïs! 😛 . Tout a survécu, donc merci tout plein ma S. !

Il a plu 85 mm, qui correspond à 8 arrosoirs d’eau par m2, ce qui somme toute est une bonne moyenne en été !

Il a fait chaud aussi ici, mais pas caniculaire, comme dans la plupart des régions de France, heureusement .. la présence de la mer toute proche et celle du Gulf Stream qui régule bien les températures !

31,3°C de maxima le 8 (moyenne de 25,1°C) et 11,3°C de minima le 18 (moyenne de 15°C).

Pendant ce temps, la mare regorge d’habitants bien sympathiques.

Le vert et le rose des nymphéas et des lentilles d’eau sont bien réconfortants lorsque la pelouse est jaune ! (vert fluo, comme vous le voyez !)

Des dizaines de fleurs roses se sont déjà épanouies dans le bassin :

Cette année, nous avons compté jusqu’à 8 grenouilles différentes, toutes nées ici, et cela est très plaisant! mais nous n’avons pas encore entendu le chant de ces petites bêtes, pourquoi ?

En 2017, il a peu plu, 37,6 mm, soit moins de 4 arrosoirs par m2.
Donc moitié moins que cette année. Les résultats au jardin étaient bien visibles, notamment au potager. Les courges, avides d’eau, ont bien souffert, malgré les arrosages réguliers. Peu de fruits et pas très gros !

33,4°C de maxima en début de mois (24°C de moyenne), et 9,2°C de minima (14,7°C de moyenne).

Un mois mi-chaud, somme toute ! 😉 

Avec des températures plus clémentes dans le dernier tiers du mois.

Toujours dans la mare (il faut dire qu’elle est le point d’intérêt au jardin en été !) :

En 2016, c’était carrément la sécheresse ! 🙁 

Il a plu 7,4 mm, avec un pic de 3,8 mm le 2 juillet. Autant écrire qu’il n’a plus plu ( :-P) le reste du mois..

Pour la chaleur, 34,3°C de maxima (moyenne 23,8°C) et 8,2°C de minima (moyenne 14°C)

Une grosse chaleur en milieu de mois, couplée à un manque d’eau, c’était la bérézina au jardin …

En ce moment, quelques rosiers remontent, hélas, les tâches noires reviennent :

En 2015, il a plu 57,2 mm, qui correspond à presque 6 arrosoirs au m2. Moins que cette année, mais plus que les années suivantes.

Pour les températures, on pourrait presque écrire qu’elles sont de saison pour la Bretagne sud, 29,4°C de maxima (moyenne 22,2°C) et 7,1°C de minima (moyenne 13,8°C).

On remarque qu’il y a eu 2 pics de chaleur, le 10 et le 16, le reste du mois fut relativement stable.

Voilà, fin de cet épisode météo, le prochain bientôt !

(je vois des sourcils qui se froncent, ha ha)

Bonne journée à tous !

 

 

Quelques jours … en Normandie

Nous avons profité du jour férié du 15 août et de son “pont” pour aller faire un petit tour en Normandie du Nord (je veux dire au dessus de Caen 🙂 ) que nous ne connaissions pas.

Attention, un billet aussi long qu’un jour sans pain. Vous en avez pour un moment à le lire !

Premier arrêt, Houlgate, sa plage, ses bois et ses collines :

Puis direction Le Havre par le pont de Normandie, impressionnant :

Le premier arrêt au Havre est pour l’église Saint Joseph, dessinée après la 2ème guerre mondiale par Auguste Perret (1874/1954). Cet architecte belge va reconstruire tout le centre du Havre. La ville a été détruite à 80% en septembre 1944, par les bombardements alliés et les dynamitages des occupants allemands.

Cette église, extrêmement dépouillée, sans fioritures, est étonnante.

J’ai l’impression d’y voir un gratte-ciel new yorkais 😛  ou peut être une fusée ?

Les vitraux de marguerite Huré, sont très colorés, et la lumière qu’ils diffusent joue joliment dans l’église.

Vous remarquez les sièges cinéma inattendus en cet endroit, de cette “cathédrale” magique:

Ensuite, une promenade le long de l’avenue Foch, la plus large d’Europe, nous amène dans le square Saint-Roch, tout à côté de la mairie.

La voici, cette mairie, toujours dessinée par Perret, qui semble très austère, mais devant elle, une agréable place, bien fleurie, la rend presque belle. La tour et les bâtiments sont construits en béton brut.

Un petit bassin est posé sur l’esplanade :

Le clocher de l’église Saint Joseph, vu depuis la place de la mairie :

Tout autour de la place, on reconnait les immeubles caractéristiques construits par Perret, dont les appartements étaient pour l’époque d’avant garde, avec toutes les commodités possibles, espace, chauffage collectif, isolation phonique et thermique, garages, etc..

Puis la route nous conduit vers Etretat et ses fameuses falaise de craie.

Etretat est, à l’origine, un petit village de pêcheurs , mais complètement submergée par les touristes en été. Dommage !
Conseil d’amie :  ne surtout pas aller en Normandie le 15 août, il y a un monde fou et privilégier le hors vacances scolaires !

La falaise d’Aval vue depuis la plage de galets de la digue-promenade, le Perrey  :

Après une petite grimpette et une promenade le long des falaises, voici la vue de l’autre côté : (on aperçoit Etretat dans le creux entre les falaises d’Amont et d’Aval, avec ses toits en ardoises).

La falaise d’Amont avec sa petite chapelle ND de la Garde (contrechamps de la première photo) :

Nous voici sur le haut de la falaise d’Amont :

La petite chapelle et en arrière de celle ci, le monument dédié à l’avion l’Oiseau Blanc de Nungesser et Coli, aperçu pour la dernière fois à cet endroit le 8 mai 1927. Il devait rejoindre sans escale l’Amérique, mais malheureusement il se perdra en mer.

La falaise d’Amont :

Une sympathique vache normande :

Le lendemain, route du cidre, en pays d’Auge, incontournable en Normandie, pour admirer les superbes villages de la boucle de 40 KM.

Voici le très beau village de Beaumont-en-Auge :

Sous le passage couvert, surprise, quelques nids d’hirondelles (pas vu les occupantes), devenus bien rares :

Bonnebosq :

Le clocher de l’église de Cambremer (j’adore les clochers 😛 ) :

 Dans ce village pittoresque, nous avons visité un jardin très plaisant, les jardins du pays d’Auge:

Et une cidrerie. La visite fut très intéressante, la fabrication de cidre, pommeau et de Calvados (à déguster avec modération 😉  s’apparente à celle du whisky écossais:

Poursuivant nos activités de découverte, première course en “vrai” à l’hippodrome de Clairefontaine à Deauville. Un monde inconnu pour nous !

Une soirée à Honfleur, charmante cité sur la mer, envahie de touristes affamés, juste en face du Havre :

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons dans le magnifique village de Beuvron-en-Auge.

Les touristes et les voitures sont légion :

Et cerise sur le gâteau, la visite du jardin de Castillon, un jardin enchanteur, où nous nous sommes ressourcés au calme et seuls. Je ferai un billet plus tard à son sujet.

Bye, bye, Normandie !

Pour ce séjour, nous avons été reçu avec beaucoup de sympathie par Chantal et son époux dans une maison d’hôtes superbe, Par Hasard ou pas, près de Deauville. Une belle normande rénovée, une décoration de charme, sans tape à l’oeil, élégante, et surtout un petit déjeuner copieux, délicieux et fait maison, avec des gâteaux frais du matin !

Je voulais le signaler, car sans Florence, du blog Le blog de Goumy (que je lis et apprécie depuis certainement 10 ans) nous aurions remis aux calendes grecques un voyage en Normandie. En effet l’an dernier, sur son blog, j’avais “gagné” une nuit chez Chantal et Olivier, et j’ai prolongé ce séjour pour profiter de cette Normandie qui a si bien séduit. Merci Florence !

Voilà, vous êtes conquis par la Normandie ?

Passez une belle journée et à bientôt 🙂 

 

 

 

Point météo juin

Vous êtes maintenant habitués à mes points météo, je le fais chaque mois en revenant de 3 ans en arrière, pour estimer les changements en températures et en précipitations pour un mois donné.

“Jolie Demoiselle” :


Je suis sûre qu’un recul de 3 ans est ridicule pour les météorologistes, mais cela me donne déjà une petite idée du temps sur notre région.

Ce mois de juin passé a été relativement arrosé les 15 premiers jours. Relativement est un bien  grand mot, car j’ai calculé 53 mm de pluie au dessus de chez nous, ce qui correspond à 53 litres d’eau ou 5 arrosoirs par M2. Une broutille ! Infoclimat a comptabilisé 32 mm de pluie, mais les premiers jours ne sont pas comptés.

N’oubliez pas que nous sommes en bord de mer, en Bretagne sud.
Quand j’étais jeune, la Bretagne avait une réputation de mauvais temps, de crachin, de vent et de tempêtes. Maintenant, on ferait presque la danse de la pluie pour qu’elle arrive !

Il a fait chaud aussi, surtout cette dernière semaine, avec des maxima tous les jours du lundi 24 au samedi 30 au dessus de 28°C, avec une pointe à 31°C  le 30. Je me rappelle bien du mercredi 20, impossible d’aller vaquer au jardin, une chaleur épouvantable, sans souffle de vent (il n’y a pas d’air, disent les Bretons).

La moyenne du mois est à 23,6°C.

La clématite “The President” se plait au dessus de la serre, dans la chaleur ! Elle n’a jamais été aussi belle :

En juin  2017, la pluie s’est faite rare, c’était le début de la sécheresse. Il a plu 20 mm, soit 2 arrosoirs par M2, sur un mois, quasi rien.

La température a été intenable, surtout entre le 17 et le 22 juin. Une pointe à 34°C a été atteinte le 19.

La moyenne est à 23°C.

Clématite “Multiblue” à remontée simple, “Sharifa Asma, “Chinensis Mutabilis”, clématite “Miss Kate” :

En juin 2016, la pluie a peu touché notre ville, avec 41 mm, soit 4 arrosoirs … (désormais je ne parlerai plus qu’en arrosoirs, parce que mine de rien, cela est plus facile à imaginer surtout pour le jardinier qui se les coltine ).

Les températures ont été plus clémentes, si l’on accepte ce terme. Avec une maxima à 28°C le 22.

La moyenne est à 20,4°C.

“Amber Queen” :

En juin 2015, on a comptabilisé  5,6 mm d’eau de pluie, soit un demi-arrosoir par M2.

Un gros pipi de chat 😕 

Sécheresse absolue.

Pour les températures, le 30, on a atteint 30,1°C.

Le reste du mois, on a navigué entre 20 et 25°C.

La moyenne est de 22,3°C.

Imaginons la détresse des plantes assoiffées et de plus souvent balayées par un petit vent sec, chaud et salé …

Dorénavant, dans le jardin fleuri, je laisse se ressemer les plantes qui résistent à l’aridité de la terre, et je ne planterai plus de vivaces de pays tempérés, puisque l’on n’habite plus dans une région tempérée …

Je ferai une exception pour le potager, sinon, plus de tomates, de courges, de salades et autres légumes délicieux.

Oxalis et verveine dans la petite baignoire en zinc sur la terrasse :

Voilà, si vous me racontiez en quelques mots la situation chez vous ?

Bonne fin de journée à tous 🙂 

 

 

 

La gazette du jardin, part 7

Je n’ai guère publié de photos du jardin fleuri cette année, pourtant les rosiers ont été particulièrement généreux, avec une abondante floraison.

“New Dawn” :

Tous les rosiers étaient concernés, je n’en avais pas taillé la plupart, et je ne sais pas si cela a provoqué ces centaines de roses.

Maintenant il me faut les tailler, et les nourrir, et cela va être un sacré boulot !

“Ballerina” :

Mais la vue de tous ces rosiers éclatants, vigoureux, exubérants a bien été cette année extraordinaire  🙂 et surtout réconfortant.

Sur les arches du sous-bois, la clématite armandii ne laisse guère de place à “Albéric Barbier”, il va falloir que je remédie à cela ! Mais elle est si jolie 🙂 

“American Pillar” est toujours à l’ombre, mais il cherche le soleil :

“Purple Rain” au premier plan :

Il reste heureusement quelques roses ainsi que les vivaces d’été qui commencent à fleurir.

Pois de senteur “Beaujolais” et “Wedding Day” :

L’écureuil tout rouillé et la vieille cage :

Sur l’arche menant au sous bois, le rosier “Jean Marie Pelt” grimpe à droite et à gauche il y a “Louise Dupin.

J’ai planté le rosier “Jean Marie Pelt” quelques jours avant sa mort, qui m’avait beaucoup attristée. J’ai eu la chance d’assister à une de ses si intéressantes conférences. Il était Lorrain comme nous. Cette rose est ravissante 🙂 

Derrière la scabieuse, on aperçoit le rosier “Louise Dupin” :

Devant la serre, j’ai enterré un grand pot plastique profond de 60 cm (trouvé chez actio..), et planté une nymphéa naine (c’est un bébé de celle de la grande bassine) :

“Vanille Fraise” dans la soirée :

Le toit végétalisé de la cabane du potager est envahi par le lierre :

Ce rosier sans souci, qui se bouture extrêmement facilement, est “Léonard de Vinci” :

De chaque côté de cette arche, la clématite “Etoile Violette” et “Léonard de Vinci” :

“Paul Himalayan Musk” a maintenant 3 ans :

Un iris près de la mare :

A l’arrière plan, la clématite “Julia Correvon” qui fait un caprice en ce moment. Je suppose que c’est la sécheresse 🙁 

Et enfin, le cotinus “Royal Purple” :

Bonne journée à tous !