Archives par Catégorie :Serre

Côté potager, avril

Cette année je me promets de faire un billet par mois sur le potager, car l’an dernier je n’en ai guère parlé, avec la sécheresse qui a sévi tout l’été, les récoltes ont été terriblement maigres.
Cette année, la sécheresse est à nouveau présente, en mars il a plu 62 mm, et début avril, 2 mm .. ce qui fait en presque deux mois à peine 6,5 litres d’eau sur un mètre carré, une vraie misère!

Par contre, nous sommes chanceux côté ensoleillement et température, il n’a pas gelé, heureusement, car sur tous les blog je vois des clichés terribles de plantes avec feuillages brûlés par le gel, un vrai crève coeur!

Je compatis bien évidemment, et j’ai presque mauvaise conscience à vous présenter le potager  😕

Première et deuxième générations de laitues, avec un semis de radis qui ont eu vraiment du mal à pousser, faute d’eau :

La grande serre du potager, où j’ai planté mes pieds de tomates (semées en février, à l’instar d’Annick, talentueuse jardinière-potagère-enquêtrice !). Son blog très didactique, Au jardin des quatre moineaux, est ici.

Pour faciliter l’arrosage, j’entoure les pieds d’un pot en pastique dont j’ai découpé le fond, cela est très pratique, et la nuit, je protège les pieds par les gros cônes verts que l’on aperçoit.

Les dahlias en pots commencent à pousser, ils sont à couvert dans la serre.

Voici un exemple de pied de tomates :

Les tiges sont grandes, et je les ai enterrées d’environ 20 à 25 cm (avec quelques feuilles d’ortie au fond du trou).

Dans le carré du fond, les fèves que j’ai semées comme Annick en petit pot, avant de les replanter au potager. Elles poussent bien, malgré le manque d’eau (j’arrose ..).

L’iris Pallida :

Le carré des pommes de terre, plantées en 2 fois, je les protège (des chats?) juste après la mise en terre :

Mon petit coin de crocus sativus, dont chaque fleur donne 3 stigmates, le safran (anecdotique, mais pittoresque) :

Cette année les fraisiers sont hors de portée des bestioles qui les croquent (du moins, je l’espère fort) :

Bientôt 🙂  :

Les laitues ont passé l’hiver sans trop de dommages :

D’autres se sont ressemées un peu partout au potager :

 

Les rhubarbes, dont je vais faire une première tarte aujourd’hui :

Dans la serre en verre, j’ai également planté les pieds de tomates :

Au dessus de la serre, une bouture de Madame Alfred Carrière, qui a déjà quelques années, s’étale sur les vitres :

La rose si romantique, sent divinement bon :

Dans le petit potager, devenu rond ce printemps, pour l’instant il n’y a que les artichauts, Camus de Bretagne, qui ont survécu à l’hiver (moins 7°C en janvier une nuit).

En grattouillant la terre, j’ai trouvé un grillon champêtre :

Bonne journée au jardin, sous le soleil !

 

 

La saga des tomates, part 5

Vous vous rappelez certainement 🙂  🙂  🙂 ma petite série sur les tomates, que j’ai commencée en été 2015, dans ce billet. Je vous expliquais comment je récolte les graines de tomates de mon potager.

La serre en verre :

1 2

Au printemps, dans ce billet, j’ai semé les graines récoltées quelques mois plus tôt.

Dans le suivant, ici, je rempotais les petites pousses.

Matin du 8 juillet :

3

Dans le dernier billet, celui ci, je vous ai montré ma façon de planter les pieds.

Cela fait presque 2 mois que tous les pieds grandissent sagement dans les deux serres.

3A

La serre du potager (vous pouvez voir sa construction dans ce billet) :

4

J’ai du les tailler plusieurs fois déjà, la croissance sous protection de la serre est impressionnante. J’ai laissé pousser deux « têtes » sur certains pieds, quand la place ne manque pas.

Pour la variété Russe (de Freddy, SOL 2016), le pied ne pousse pas de façon exubérante (croissance déterminée).

5 6

Les tomates sont encore petites, et très vertes. La récolte se fera bien plus tard que les autres années.

J’imagine que c’est la conséquence des conditions climatiques du printemps, le manque de chaleur étant la principale cause. Il y a beaucoup de bouquets de fleurs, mais je trouve que cette année, les insectes butineurs ne sont guère présents. Il me semble qu’ils sont absolument indispensables pour la formation des fruits et des légumes.

7 8

Et chez vous, avez vous déjà dégusté vos tomates ?

Bon après midi !

 

8
7
6
5
4
3A
3
2
1

La saga des tomates, part 4

Profitant du dernier WE à rallonge, j’ai enfin planté mes pieds de tomates, qui poussaient au chaud, dans une des chambres, sagement (ou pas)(cette année j’ai eu quelques déboires avec les semis, mais j’ai suffisamment de pieds pour le potager).
Vous vous rappelez dans ce billet ci, je vous ai montré ma façon de semer les graines de tomates, et dans celui là, le premier rempotage.

J’ai bien sûr utilisé les graines de mes tomates récoltées cet été, je vous le racontais dans ce billet, et quelques graines que m’a envoyé gentiment Eddy lors du SOL 2016.

J’ai la chance d’avoir maintenant deux serres, qui me serviront en été exclusivement à la culture des tomates.

La première est en verre que j’utilise déjà depuis quelques années et dans laquelle les récoltes de tomates savoureuses se succèdent jusque mi ou fin octobre. Je n’ai jamais eu de mildiou dans cette serre.

En automne dernier, après les dernières récoltes de tomates, j’ai enlevé une partie de la terre, et ajouté une bonne quantité de fumier décomposé et de la terre à planter de chez or brun (et nettoyé les vitres, une vraie partie de plaisir 😕 ..)

Dans cette serre où je ne fais que de la culture de tomates, il vaut mieux changer la terre pour éviter les maladies et l’appauvrissement du sol.

La serre en verre avant les grands travaux de plantations :

1

Après avoir creusé un trou bien profond, je « sous-sole » avec cet outil très performant :

3

Au fond du trou,  je jette quelques feuilles d’ortie déchiquetées :

4

« Rose de Berne », avant la plantation :

2

Je mélange deux poignées d’or brun avec la terre de fond, puis j’enterre le plus profondément possible le pied de tomates, dans l’idéal, jusqu’au bouquet supérieur de feuilles :

5

Et voilà :

6

J’ai planté neuf variétés différentes de tomates :

7

Dans la nouvelle serre, j’ai réussi à mettre 8 plants, je ne dois pas oublier qu’en grandissant, les pieds vont prendre beaucoup d’espace !

8

Protection pour la nuit (c’était pendant les Saints de glace, j’ai fait gaffe, d’ailleurs pour rien, il faisait 10°C la nuit) :

9

Dans la serre en verre, j’ai fait une cuvette autour des pieds de tomates pour faciliter l’arrosage, et dans celle du potager, j’ai expérimenté une autre méthode (que j’ai déjà utilisée sur des plants de fleurs).

J’ai découpé et retiré le fond de grands pots en plastique (des pots récupérés après la plantation d’arbustes), et emmanché ces pots sur les pied de tomates. Il suffit ensuite de remplir le pot d’eau de pluie, ça ne déborde pas partout, et l’arrosage se fait au bon endroit.

Je verrai à l’usage si c’est efficace :

pot

J’ai essayé dans ces premiers billets de la saga des tomates de transmettre les rudiments de leur culture, de la récolte des graines à la plantation des pieds (je répète bien que c’est ma façon de procéder, ce n’est certainement pas la seule 🙂 )

Chaque jardinier a ses propres pratiques, alors si vous avez d’autres modes de culture, n’hésitez pas à partager.

Et pour ceux qui n’ont jamais eu l’opportunité d’essayer, j’espère que je vous ai donné l’envie de vous lancer dans la « tomate » !  vous verrez, c’est très simple et vraiment gratifiant.

Bonne journée à tous !

 

 

Chouette, une nouvelle serre !

Mon chéri a eu pitié de moi, et de mes papilles ! (des siennes aussi ) !

Oui, je me plaignais sans arrêt que les pieds de tomates au potager étaient maigrichons, chétifs et les tomates, insipides. Rien à voir avec les tomates de la serre, avec des pieds grimpants au faîte, remplis de bouquets de tomates savoureuses et parfumées, et jamais malades du mildiou. De plus on se régale dès juin et parfois jusque fin octobre, le pied ! (si je puis dire 😛 )

Donc cette fin d’hiver il m’a confectionné (aux petits oignons) une serre au potager.
Avec des matériaux achetés dans la grande surface de bricolage du coin, à petits prix.

Seule la toile en plastique armé a été commandée sur internet, également à un prix raisonnable.

En février, un nouveau carré (plutôt rectangle de 3 mètres sur 1,3) a été installé dans le potager :

1

Puis le chéri a posé l’ossature de la serre :

2 3

Le toit a été surélevé pour une bonne évacuation de la pluie (il ne pleut pas beaucoup en Bretagne, mais on ne sait jamais 🙂 ) :

4 5

Le cadre est terminé :

6

La toile plastique armée (5 mètres sur 8) qui se découpe très facilement avec des ciseaux :

7

La pose :

8

Elle est solidement agrafée sur les tasseaux :

9

Voilà  (avec marchepieds) :

10

Pour l’aération, la porte s’enlève facilement et s’accroche sur le côté :

11

Le fond se retire sans peine lorsqu’il fait trop chaud  :

15

Un triangle de chaque côté est amovible pour la ventilation :

16

Détail de la fermeture de la porte de devant :

14

Si vous voulez des explications, n’hésitez pas à me les demander !

Bonne fin de journée à tous !

 

 

Côté serre(s)

Depuis quelques jours, le potager est agrémenté d’une nouvelle serre, que mon chéri a construite avec application ces dernières semaines, bout après bout, mais je vous raconterai son histoire plus tard.

En ce moment la première serre est remplie de petits pots de semis et de repiquages. Dans quelques jours, j’y planterai les pieds de tomates (issus de semis maison, vous avez suivi leur saga, ici, et encore ) qui pour le moment séjournent encore à la maison en attendant la fin des Saints de glace (Saint Mamert, le 11 mai, Saint Pancrace, le 12 mai, et Saint Servais, le 13 mai) :

Les courges, courgettes, et autres cucurbitacées ci-dessous sont issues de semis de graines selon la méthode des bouteilles (vue ici et ), semis que je fais vers la mi-mars, et je rempote les petits plants environ un mois plus tard dans un bon terreau :

courges courgetts

(clin d’oeil à mes copines à qui j’ai promis des plants)

courges

La belle courge bien développée est un pied de citrouille peanut :

courge peanut

Voici la citrouille peanut, photo prise sur le billet de Caroline S., participante du SOL 2016, qui m’a envoyé quelques graines en janvier (ce semis a réussi chez toi, Camille?) :

peanuts

Cette citrouille est vraiment originale, j’espère que j’aurai de beaux fruits très rigolos en automne !

Quelques semis et repiquages de fleurs issues de graines envoyées par les participant(e)s du SOL 2016 :

repiquages

Une petite collection d’ancolies de la famille des Barlow (toujours issues de graines du SOL) :

ancolies

Et dans la serre du potager, ma collection de dahlias, mise en pot en février, que vous pouvez voir dans ce billet :

sahlias

Je vais bientôt transférer tout ce beau monde au jardin, en espérant que les températures ne fraichissent pas trop.

Bonne journée !