Archives par Catégorie :poterie

Mon vase bleu caraïbe en raku

Voici une pièce du dernier raku, et pour ne pas changer 🙁 , j’attendais une tout autre finition.

Oui je suis un peu déçue.

Ce vase n’est évidemment absolument pas celui que j’attendais. Il devait être bleu caraïbe (oui, un bleu exotique, un bleu à faire rêver de plages blanches sous les cocotiers 😀 ).

Que nenni! pratiquement à chaque défournement, je suis insatisfaite.

(Pas tous, heureusement, je vous montrerai bientôt une pièce dont, sans flagornerie, je suis un peu fière.)

Cette fois ci, la température du four est montée à 960°C et pour l’émail appliqué sur le vase, la température optimale est entre 980 et 1050°C. Je suppose que l’émail ne s’est pas révélé normalement.

L’intérieur, complètement bullé, est plutôt rougeâtre, cuivré.

L’extérieur est plus plaisant, mais une petite partie est boursouflée.

Et comme d’habitude, les secrets de fabrication 😉  :

Une plaque appliquée dans un moule en plâtre, m’a permis de faire le fond du vase :

J’ai monté le reste en colombins :

Le voilà poli, prêt pour la première cuisson (le biscuit) :

On l’aperçoit dans le four à raku :

Sortie du four :

On recouvre de sciure très vite le vase :.

Ensuite il y aura une longue phase de nettoyage lorsqu’il aura refroidi..

Mais soyons positif, l’orchidée lui va bien :

Bon en définitive, il me faut l’accepter comme il est, avec ses défauts mais avec son originalité. Nulle part je n’en trouverais un semblable, il est unique, fait main, et il le vaut bien!

Bonne fin de journée, et soyez prudent avec ces températures extrêmes 😮 

 

 

Ma petite maison en raku au toit orange

Hier, sous un ciel clément, et un beau soleil l’après midi, nous avons eu une chouette journée consacrée au raku.

Elle clôt la fin de l’année « poterie », et chacun apporte des mets pour le repas, qui fut comme d’habitude, délicieux … Le menu ? champagne, zakouskis, excellente salade composée, fromages et un vin divin (je ne bois pas d’alcool, mais là, j’ai accepté avec plaisir un verre de Saint Emilion de 2010, à boire avec modération). Pour terminer, un triffle que j’avais concocté! Ce fut un peu difficile de reprendre ensuite ! 😉 

Vous voyez, poterie ne rime pas avec grise mine ! 😀 

Je vous ai décrit le phénomène raku en poterie, alors si vous voulez apprendre cette technique ou la revoir, suivez ce lien .

Et si vous désirez revoir tous mes billets sur le raku, ou les pièces émaillées de cette façon, :-P  entrez raku en recherche (en haut et à droite).
Hier, mes deux copines de poterie et moi avons émaillé quelques pièces fabriquées pour le raku. Le résultat de la journée :

Voici ma petite maison au toit orange (en fait il devait être rouge, mais la température du four n’a pas atteint les 980°C qu’il fallait pour que l’émail rougisse).
Mais cette couleur me plait bien plus.

De dos, on constate de belles craquelures sur l’émail blanc :

Détails du toit :

Et la voilà, complétant mon petit hameau sur la terrasse 🙂 :

Comme d’habitude, j’ai travaillé la terre à la boulette, et les 4 parties du toit à la plaque. Vous pouvez voir cette technique dans ce billet.

J’ai émaillé la pièce, et ensuite, elle a cuit jusqu’à 960°C dans ce four à raku (elle est au fond) :

Avec précaution, Richard la dépose dans la sciure pour l’enfumage :

Pour éviter qu’elle ne se fende, la petite maison a refroidi un peu par terre, en attendant de la plonger dans l’eau pour que les craquelures apparaissent :

Et après un bon nettoyage pour enlever les résidus de carbone, elle a rejoint le hameau.

Voilà!

Bonne journée à tous 🙂 

 

 

Ma petite guitare

Ou plutôt devrais je écrire la petite guitare du chéri, car je viens de lui offrir!

Vous ne le savez sans doute pas, mais mon chéri joue de la guitare depuis son plus jeune âge, et il a une passion pour ces dernières .. il en possède plusieurs, qui ont chacune leur charme, et d’autres instruments à cordes pincées, banjos, violon, ou autre dont je ne me rappelle plus le nom ! (je n’ai aucune culture musicale)

Quelques morceaux choisis, ici, la caisse de résonance :

(Je ne devrais pas écrire cela, mais encore une fois, je suis mécontente de l’émaillage, le coffre aurait du être d’une belle couleur uniforme …)

Cette petite guitare que j’ai réalisée à l’atelier de Richard au printemps est l’exacte copie de celle-ci, à l’échelle un demi. C’est une Taylor :

(photo prise le 29 mai dernier, il n’y a pas autant de roses en ce moment, mais il en reste pas mal!) (ceci est une autre histoire).

Comme d’habitude, voici un résumé de la fabrication :

J’ai d’abord découpé dans un carton la forme de la guitare (échelle 1/2), puis j’ai fabriqué le fond, et collé les côtés appelés éclisses :

J’ai renforcé la partie inférieure, en n’oubliant pas de faire un trou entre les 2 parties, sinon l’air contenu dans cette « poche » risquait de faire exploser la pièce à la cuisson :

J’ai enduit largement de barbotine (colle à base de terre déjà cuite) l’autre morceau de la guitare appelée table d’harmonie. J’ai joint les 2 parties :

Voilà la caisse de résonance vue de dessus (avec une belle rosette) :

et de profil (vous remarquerez qu’il y a énormément de travail de nettoyage et de lissage à faire) :

J’ai ajouté le manche, je sculpterai plus tard des petits traits symbolisant les frettes métalliques ou barrettes. J’ai installé aussi le chevalet (où s’accrochent les cordes) et dessiné la rosace (partie autour de la rosette) :

Rosette, rosace et barette :

Voici des frettes (photo de wikipédia) :

Ici, j’ai attaché solidement le manche sur le corps de la guitare :

Lorsqu’elle est couchée, une guitare repose sur la tête (qui fait un angle avec le manche) et le corps. J’avais réussi à imprimer cet angle mais lors de la seconde cuisson (celle avec les émaux), la tête s’est redressée et le manche gondolé !

Mortecouille comme dirait une Canadienne de ma connaissance 😛 

Dommage!

Je vous souhaite une belle journée !

 

Ma petite cruche (très) rustique

Voici une petite cruche, d’environ 20 cm de diamètre, que j’ai fabriquée au printemps à l’atelier de Richard, et qui vient enfin d’être émaillée.
Je l’annonce de suite, elle ne ressemble pas à celle dont je rêvais …

Je la voulais bleue intense, lisse et très mate… pas d’un émail aussi rocailleux et simili brillant que celui ci (et en plus il y a plein de bulles 👿 ).

Il faut vraiment que j’accepte les accidents d’émaillage 😥 .

Mes collègues à la poterie la trouvent belle, mais les goûts et les couleurs …..

Elle ne me plait donc qu’à moitié 😕 

Détail du goulot :

et de l’anse :

Première étape, j’ai fait deux « bols » de même diamètre que j’ai assemblés à l’aide de barbotine :

Puis j’ai réalisé le goulot et l’anse, et je les ai raccordés à la boule :

Je grattouille, je mouille, je barbotine pour que le morceau de terre (l’anse) accroche bien :

Je lisse, je lisse, cette petite cruche (j’aurais pu aisément me passer de cette tâche, quand je vois le résultat au sortir du four) :

Et voilà la cruche terminée, en attente d’émaillage :

Je vous rappelle une autre pièce dans le même genre rustique, que j’ai réalisée en 2013, vous pouvez la voir ICI.

Je vous souhaite un très bon dimanche 😀 

 

 

Petite maison n°5

Je m’aperçois que cela fait un sacré bout de temps que je n’ai pas posté de billets sur les poteries que j’ai faites cette année..

Les pièces viennent juste d’être émaillées et cuites ces derniers jours.

Cette petite maison (que j’appelle affectueusement ma chapelle :-P) a été fabriquée en avril dernier.

Je l’ai mise à côté de mes autres maisons que vous pouvez retrouver sur ces billets : ici, ici, et encore là.

Ce petit hameau me plait bien, il ressemble à un petit village de nos campagnes :-P.

Détail du toit. J’ai mis exactement le même émail partout, mais le résultat est tout à fait inégal, magie (ou pas 😥 ) de la cuisson ! de plus il y a de gros bubons très inélégants …

Mon potier nous a avoué qu’il y a eu un problème pendant la montée en température du four, et elle a dépassée les 1 360°C qu’il attendait, ceci explique certainement le résultat un peu disgracieux.

Comme quoi quelques degrés de plus ou de moins fait toute la différence, et un bon four est tout à fait fondamental !

La fabrication par étapes.

Comme pour les autres maisons, je monte les murs à l’intérieur d’une boite en cartons avec de grosses boules de terre.

J’accole deux cubes :

Je fais des essais en carton pour figurer le toit :

J’ai réalisé le toit en plaques.

Voilà la maison est terminée, prête pour la première cuisson.
J’ai ensuite émaillée et la deuxième cuisson m’a rendue une pièce plus ou moins à mon goût.

Bonne journée à tous,

Désolée, j’étais bien occupée, et je répondrai bien vite à tous vos gentils commentaires sur le Giinkaku-Ji ..