Archives par Catégorie :Divers

7 ans, âge de raison?

Aujourd’hui, je fête un anniversaire, celui de ce blog, qui a ouvert il y a déjà 7 ans !

J’ai du mal à me rappeler toutes ces années, où je postais très régulièrement des articles de jardinage, de voyages, ou de poterie..

J’avais décidé d’arrêter l’an dernier, mais voilà, je continue, peut être pas très assidûment, mais l’intention est là 😉 .

Vous pouvez retrouver ici le premier billet, et tous les anniversaires de ce blog ensuivant ces liens: 1er, 2ème, 3éme, 4ème, 5ème et celui de l’an dernier.

Il s’est passé de drôles de choses depuis mon dernier article, et j’espère que vous allez toutes et tous bien :-). Surtout, prenez soin de vous, de vos proches et de nous tous, et même si la pandémie semble régresser, le virus est toujours là, à l’affut :-x.

J’ai profité du confinement pour jardiner, presque tous les jours, avec ce printemps magnifique.
Et vous? qu’avez vous fait pendant le confinement? Et maintenant?

J’attends la pluie, qui n’est pas tombée ici depuis fin avril, le jardin est déjà tout sec, il faut arroser, arroser, c’est inimaginable, les clichés d’une Bretagne embrumée en permanence par un petit crachin désagréable sont tombés… 🙄 :

Je vous avoue que je publie des photos tous les jours sur instagram, et cela me « prive » du plaisir de créer des articles pour le blog. C’est une activité très chronophage, et je ne sais pas si je tiendrai dans la durée :-P.

Si vous voulez me suivre sur instagram, voici le lien.

Alors je vous remercie de toujours me suivre ici, et je promets de publier plus souvent 😉 .

Et un grand merci à mon chéri , qui a géré ce blog toutes ces années avec compétence et efficacité, et qui m’a toujours soutenue :-).

Je vous souhaite une très belle journée, vous embrasse, et vous dis à bientôt !

 

 

Coronavirus

Aujourd’hui, un article beaucoup plus sérieux que d’habitude.
La LFDA, la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, que dirige ma fille, publie un excellent et très documenté article sur le lien entre la protection de la faune sauvage et le Covid-19, le dernier coronavirus.

Protéger les animaux sauvages et respecter leurs écosystèmes, c’est aussi protéger les humains des pandémies qui nous accablent aujourd’hui.

La LFDA a demandé au Pr Brugère-Picoux, membre de l’Académie vétérinaire et de l’Académie de médecine, de nous expliquer le lien entre ce virus et les animaux de la faune sauvage, notamment les chauves-souris.
La nouvelle maladie émergente Covid-19 (Coronavirus disease 2019) est due à un coronavirus (Sars-CoV-2) dont la chauve-souris est un réservoir naturel. Non affecté, ce mammifère volant peut transmettre de nombreux virus à d’autres espèces, dont l’espèce humaine.

 

Dans le passé, les animaux*, principalement les espèces sauvages, ont permis la transmission de coronavirus à l’humain, comme le Sras en Asie en 2003 ou encore le Mers au Moyen-Orient en 2012. Avec le Covid-19, c’est la première fois qu’un coronavirus entraine une pandémie.

Il existe trois hypothèses de contamination de l’Homme par le coronavirus actuel :

  • une espèce animale serait l’hôte intermédiaire du virus, c’est-à-dire qu’elle aurait été contaminée et aurait ensuite contaminé les humains – on parle du pangolin, mais cette hypothèse reste à confirmer ;
  • une contamination directe du virus de la chauve-souris vers l’humain ;
  • une contamination directe par adaptation et recombinaison du virus.

Ces hypothèses sont toutes liées aux marchés aux animaux vivants qui sont très présents en Chine, notamment à Wuhan, d’où est partie l’épidémie. La promiscuité des différentes espèces sur ces marchés est un facteur important de propagation du virus, de même que la grippe aviaire sur les marchés et dans les élevages de volailles.

Cette zoonose prouve à quel point l’espèce humaine est fortement lié à l’ensemble du règne animal. Elle nous rappelle que protéger les animaux sauvages et respecter leurs écosystèmes, c’est aussi protéger les humains des pandémies qui nous accablent aujourd’hui.

* Il n’y a pas de risque démontré de contamination des humains par les animaux de compagnie.

 

Vous pouvez lire l’article en entier en suivant ce lien :

http://www.fondation-droit-animal.org/105-covid-19-origine-animale-et-modes-de-contamination/

Je vous encourage vivement à lire cet article,  et vous pourrez ensuite, si vous le voulez bien,  me dire ce que vous en avez pensé.

J’ai une pensée très particulière pour tous les soignants, qui sont en première ligne aujourd’hui face à cette malheureuse épidémie, et sont parfois infectés.
Bonne journée à tous, prenez soin de nous tous ! 🙂 

 

Noël

Avec ce billet, je vous souhaite une bonne soirée de Noël, en espérant que cette journée vous ait apporté tout ce dont vous aviez rêvé.

Quelques photos de coucher de soleil datant d’il y a à peine deux heures, et des roses du jardin, qui vivotent encore sous la douceur de ce 25 décembre.

Très régressif :

A très bientôt, les ami(e)s, pour une nouvelle année !

Prenez soin de vous 🙂 

 

Juste avant la tempête

Hier, une petite promenade digestive dans le vent et au soleil, juste avant que la tempête ne se déclare.

De ce côté, le Finistère :

De l’autre, les rochers de la pointe de la plage de la falaise :

Deux kitesurfeurs s’amusaient dans le vent :

Il y avait de nombreux oursins morts sur la plage, je me demande pourquoi ?

J’espère que ce bon bol d’air frais vous a bien régénéré !

Bonne journée à tous 🙂

 

 

Clap de fin ?

Aujourd’hui, je fête le sixième anniversaire de ce petit blog et depuis quelques mois, je me pose la question de l’arrêter définitivement ou non.

Heureusement, en ce printemps, avec les jolies couleurs du jardin que je voulais partager avec vous,  j’ai un peu changé d’avis.

« Pink Cloud » :

Vous pouvez retrouver le premier billet ici et celui du 5ème anniversaire là (et en remontant, les autres articles d’anniversaire).

Je vous rassure de suite (si vous devez l’être 🙂 ), ce n’est pas vraiment un clap de fin, même si j’y ai fortement songé.

Mais je tenais à vous faire part de mes élucubrations de ces dernières semaines.

Donc j’ai décidé de renouveler l’abonnement pour un an chez mon hébergeur, mais je me reposerai la question dans quelques mois, j’en suis absolument sûre.

Certes je comprends bien que les thèmes que je développe ne peuvent pas plaire à tout le monde. Au départ, dans ce blog, je voulais partager avec vous, outre le jardinage, ma passion des voyages, et celle de la céramique.

« Iceberg » :

Le peu de retour que j’ai pour certains articles publiés, ne m’encourageait pas trop à continuer.

Parfois, je passe des heures à rédiger les comptes rendus de voyages, à essayer de produire des photos pas trop moches, à rechercher de la documentation. Et il me semble que peu de personnes soient concernées par ce thème. Mais je le conçois parfaitement !

Je voulais démontrer qu’ailleurs l’herbe est aussi verte, qu’il ne faut pas rester chauvin et ne pas se cantonner à son petit bout de jardin. Il y a tant à découvrir à 2 pas de chez soi, ou à l’autre bout du monde.

Quelques lecteurs étaient intéressés, mais je remarque que les commentaires se tarissent de plus en plus sur ce genre de billets.

Le pavillon d’Or à Kyoto :

De plus, côté jardin, j’ai l’impression de montrer toujours les mêmes images du jardin, année après année… c’est devenu lassant et redondant.

« Iceberg » :

Mais certaines lecteurs sont très fidèles, et parfois, à chaque article ils ont la gentillesse de donner leur avis sur le billet publié, et je les en remercie profondément. Elles (oui!) se reconnaitront, je les embrasse !

« Martin Des Senteurs » :

Je voulais aussi vous faire connaitre la poterie, vous démontrer qu’elle est à la portée de tout le monde. Il suffit d’un peu de volonté, de savoir-faire et d’imagination (et de temps). Pour moi ce n’était qu’un hobby, mais depuis mon enfance je rêvais de tourner, de façonner, de sculpter. Je n’avais pas un métier manuel, et pourtant, des « objets » sont sortis de mes mains (je l’avoue, des réalisations pas toujours extraordinaires ;-)) .

Si vous saviez comme la poterie est délassante et enrichissante, et souvent, je pense que tourner et patouiller la terre, est presque aussi bénéfique que méditer…

Mes trois courges, réalisées à l’atelier de mon potier Richard :

J’avais imaginé que le nom de mon blog reflèterait bien mes passions de la « terre », dans tous ses états.

Jardin, voyages, et céramique …

Mon petit cochon anglais variété « saddleback » :

Malheureusement, ce blog ne me semble pas aussi original que je le souhaitais. Depuis quelques mois, l’envie d’écrire et de publier m’avait quittée.

Les fleurs de l’acacia faux robinier au dessus de la haie fleurie du potager :

Pour cela, je suis en train de réfléchir à d’autres moyens de communiquer mes passions, et lorsque j’aurai enfin trouvé la meilleure façon de le faire, je vous en ferai part. Si bien sûr le spleen ne revient pas.

Pour l’instant, je vais continuer cahin-caha, comme autrefois…

Les ceanothes sont en pleine forme :

J’espère n’avoir perdu personne en chemin 😉 !

L’intention de ce billet n’est pas de culpabiliser quiconque, ni de me plaindre de quoi que ce soit, mais juste de vous faire comprendre mon humeur actuelle. Je conçois nettement que les goûts des lecteurs et leurs préoccupations puissent changer au fil du temps. De fait, il y a tant à voir sur le net, faceb..k, instagr.m, et autres réseaux sociaux, et il existe des blogs incroyables, intéressants, beaux et instructifs, et commenter est souvent ardu (ah le système captcha :-() et chronophage (je l’ai expérimenté de nombreuses fois).

Voilà!

Bonne journée à vous tous !

Et à bientôt 😛

Edit du lundi 27 mai, merci à vous tous/toutes

 

Les chroniques du jardin, part 5

Ces derniers jours, avec la chaleur et le beau temps, toutes les plantes et les fleurs rivalisent de générosité et de charme !

Celles ci viennent directement d’Amsterdam en cadeau, « Generaal de Wet » :

Tiarella « Spring Symphonie » qui a 2 ans :

Un endroit plus sauvage du jardin, juste à l’orée du bois :

Loropetalum « Fire Dance » ( et ioda, le pot de colle 😀 ) :

Le pêcher de vigne rempli de fleurs. Mais les fruits sont souvent durs en été :

Un des trois « Evereste » du jardin. Ils sont en fleurs !

Les prunus vont bientôt fleurir :

Il n’y a que quelques bouquets :

Le cerisier devant les fenêtres de la cuisine, en fleurs.. J’espère que la récolte sera aussi abondante qu’il y a deux ans, si les oiseaux veulent bien nous laisser les délicieuses cerises !

Les jolies fleurs de la clématite « Broughton Star » sont presque écloses :

Un petit bout arrivé du jardin d’Annick, une pulmonaire qui a maintenant deux ans :

Un petit aperçu de la faune de la mare 😛 (il y a des têtards par centaines!) :

Et les chênes du jardin voisin se réveillent eux aussi :

Ici la température a chuté brutalement entre lundi avec ses 21.2°C (si, si) et aujourd’hui, 9.7°C actuellement 😉 

et j’entends à l’instant le tonnerre (de Brest, 😛 ) zut !

Et chez vous, quel temps fait il ?

Bonne fin de journée à tous 😉 

 

Les chroniques du jardin, part 4

Les groseilliers commencent à fleurir :

Un des érables :

Le camélia « Debbie » est en pleine forme :

Les premières pousses des rosiers « Grootendorst » que j’avais ratiboisés :

Un des derniers joyaux arrivés au jardin, le magnolia « Genie» :

et le « Royal Star » n’en finit pas de fleurir :

Ma pivoine préférée est pressée :

L’an dernier, j’ai déterré un des lilas auquel je n’ai pas encore retrouvé de place. En ce moment il est en pot, et prépare ses bouquets :

Le loropétalum :

Exochorda « The Bride » :

« Louise Dupin », j’ai hâte de revoir ses superbes roses !

Le pêcher « Amsden » :

Le petit camélia « Spring Festival » :

Le mirabellier de Nancy :

Le narcisse « Mount Hood » :

Au nord, au pied du monstrueux aucuba, le mahonia :

Dans un petit village, près de chez nous, la réfection du toit d’une chaumière :

N’est elle pas jolie avec sa nouvelle chevelure ? (pour toi Marie Agapanthe 😉 )

Dans la mare, les poissons sont bien réveillés et affamés. On les a comptés, et, par bonheur, il y en a toujours 8 !

Pour terminer, des petits coeurs roses sous la pluie ce matin …

Bon après midi à tous, à bientôt !

Vous prendrez bien un petit bol d’air iodé ?

Il fait si beau aujourd’hui, et si bon (18°C) que quelques clichés de la côte vous plairont certainement !

L’embouchure de la Laïta :

Le petit port :

Un chouca ?

Au fond, le Finistère :

Tout au fond, l’ile de Groix :

Bon après midi à tous, je vous le souhaite au jardin !

Soyez indulgent sur la qualité des photos prises avec le smartphone, depuis la voiture pour les dernières 😉 

Les chroniques du jardin, part 2

Cela fait un bon bout de temps que je ne suis pas venue sur ce blog !

Mais il faut bien avouer qu’il ne se passait pas grand chose au jardin, jusqu’il y a quelques jours …

Avec la relative douceur qui sévit ici, (nous sommes encore en hiver 😉 ) les fleurettes et la faune du jardin s’animent avec un peu d’avance !

Même les tulipes ont hâte de s’épanouir !

Une rescapée de l’automne, toujours vaillante ( Burgundy Ice) :

Hellébore « Magic Leaves » :

Notre Noé toute amaigrie :

Et Fifi sur son trône :

Les nouvelles pousses bien rouges des photinias :

Petite fleur en devenir :

Mon occupation du moment, tailler tous les rosiers du jardin. Je ne les ai pas taillés depuis 2 ans, et je passe un temps fou avec chaque plante. Mais le résultat est spectaculaire, les rosiers sont ratiboisés ! Je n’aurai certainement pas autant de fleurs que l’an passé, tant pis !

Avant :

Après :

Pour chaque grand rosier, je remplis 2 ou 3 sacs de ce genre :

Du côté de la mare, les grenouilles sont à nouveau là !

La femelle laisse le mâle s’approcher petit à petit :

Mon chéri a retrouvé du frai dans la mare, je trouve qu’il est vraiment tôt …

Et un autre occupant des lieux, bien réveillé :

Même les poissons sont en quête de nourriture :

Les bacopa fidèles au poste depuis presque un an :

Petits plans de semis spontanés de monnaie du pape (issus de ton jardin, Estelle) :

Ce pied de rhubarbe a bien supporté l’hiver :

Un petit bout de mer tout au fond, à travers la haie :

Cette année, les mésanges et les autres passereaux chantent déjà, j’espère qu’ils ne sont pas  en train de nicher !

A travers la vitre, j’ai pris cette photo rigolote de Loulou le sauvage :

Voilà, c’est tout pour le moment!

Bonne journée à tous 🙂

 

« Je nourris les oiseaux en hiver » de Gilles Leblais, éditions Terre Vivante, 2018

C’est la troisième fois que je fais un compte rendu de lecture pour la revue de la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences.

Ce mois ci, dans le n° 100 de la revue, je résume le livre de Gilles Leblais  « Je nourris les oiseaux en hiver, faciliter leur survie dans mon jardin », édition Terre Vivante, 2018.

Vous pouvez retrouver ce résumé ici dans la revue de la Fondation.

La première fois que j’ai fait compte rendu de lecture, il concernait le livre de Blaise Leclerc et Gilles Leblais  « Des auxiliaires dans mon jardin ! Les attirer, les loger, les nourrir », édition Terre Vivante, 2015.

Ce résumé est paru dans la revue n° 86 de la fondation LFDA en juillet 2015.
Vous pouvez également le retrouver dans le billet de mon blog paru le 7 mars 2016.

Ensuite dans la revue n° 92 de janvier 2017, j’avais résumé le livre de Gilles Leblais « J’accueille et j’observe les oiseaux dans mon jardin », édition Terre Vivante, 2016.

Vous pouvez retrouver ce résumé ici  sur la revue de la Fondation LFDA.

La Fondation est dirigée par notre fille S., et avec sa toute petite équipe de passionné(e)s, elle travaille fort à la sauvegarde des animaux et à leur bien-être dans le respect de la légalité. Depuis ses débuts, pour faire progresser la cause animale, la Fondation s’applique à améliorer la condition des animaux grâce aux progrès de la science traduits dans l’évolution du droit.

Vous pouvez retrouver la fondation ici
ou sur Faceb..k.
Je ne fais aucun prosélytisme vis à vis de la Fondation, et je n’ai aucun lien avec Gilles Leblais et l’édition Terre Vivante, je suis presque sûre qu’ils ne connaissent pas le travail que j’ai fait sur leurs livres.

 

Dans l’ouvrage intitulé « Je nourris les oiseaux en hiver, faciliter leur survie dans mon jardin », de Gilles Leblais, les éditions Terre Vivante nous présentent le nourrissage du « p’tit peuple ailé » (comme l’auteur nomme les oiseaux des jardins) pendant les périodes froides. Ce livre complète son premier ouvrage, « J’accueille et j’observe les oiseaux dans mon jardin » présenté dans la revue en février 2017.

Avec l’arrivée du froid, les passereaux et les autres espèces de passage ou hivernants, s’approchent des maisons, pour se nourrir. Ils peuvent survivre à des températures rigoureuses, mais seulement s’ils s’alimentent suffisamment.

  • Dans la première partie, l’auteur nous apprend tout d’abord à agencer les sites de nourrissages, ainsi que les règles à respecter selon les espèces et l’environnement.

Pour aider les oiseaux durant l’hiver, il faut leur apporter, la nourriture appropriée : graines pour les granivores, du gras pour les insectivores, des fruits pour les frugivores.  Si vous avez planté différents arbustes à graines et fruits attractifs dans votre jardin, ils seront un plus pour les oiseaux.

Les différentes mangeoires seront placées en des lieux protégés des courants d’air froid, au soleil, en hauteur pour éviter que les chats y grimpent, et près d’arbustes « refuges ». Il ne faut pas oublier un point d’eau (mare, abreuvoir) indispensable pour boire et se baigner.

Il faut chaque jour approvisionner les mangeoires, car une rupture peut leur être fatal. En effet, la privation de nourriture les rend très vulnérables. Il faut bien sûr arrêter de les nourrir dès l’arrivée du printemps, afin qu’ils puissent réapprendre à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs petits (insectes, graines, etc).

Bien nettoyer les mangeoires régulièrement est un gage de bonne santé des oiseaux.

Il ne faut pas négliger les prédateurs de cette gente ailée. D’autres affamés peuvent venir se nourrir aux mangeoires, écureuils (leur aménager une autre mangeoire privée), mulots ou campagnols grimpeurs.

Les chasseurs ailés, comme l’épervier, la buse qui repèrent vite les postes de nourrissage, sont également une raison de bien les protéger. Mais les plus dangereux sont les chats et les chiens de la maison.

  • Dans un second chapitre, l’auteur détaille les différents types de nourritures.

Les granivores sont les passereaux, mésanges, bouvreuils, sitelles torchepot, gros-bec, etc… La meilleure graine est le tournesol, élément de base des mangeoires. D’autres graines, comme le chenevis (chanvre, pour les becs puissants), le millet blanc et l’alpiste (pour les becs fragiles), le maïs (pour les hivernants), le chardon, sont appréciées également. Il vaut mieux privilégier les graines d’une seule sorte (quitte à avoir différentes mangeoires) que les mélanges, très souvent non appropriés.

Les matières grasses, suif de bœuf ou saindoux (éviter margarine ou huile de palme), sont indispensables aux insectivores, pinsons, troglodytes, rouge gorge, mésanges, etc… Ce gras est une source de calories indispensables pendant les grands froids. On peut réaliser facilement à la maison des boules de gras auxquelles on ajoute différentes graines. Ne pas entourer ces boules de plastique pour éviter les blessures aux pattes.

Les fruits variés sont très appréciés des frugivores. Les arbustes à fruits, églantiers, viornes obiers, aubépines, sureaux, vignes vierges, pommiers d’ornement, sont nécessaires au jardin. Les frugivores, comme par exemple, les merles, les rouge gorges, les fauvettes, les mésanges charbonnières, les étourneaux sansonnets, se délectent des fruits que vous leur proposez, pommes, poires, coings gâtés, fruits sauvages, noix, noisettes, arachides (riches en lipides et protéines) et même châtaignes en broyat.

Mais ce qu’apprécient le plus les oiseaux, c’est un jardin naturel, où poussent herbes et plantes sauvages, où les feuilles mortes, les branchages à terre, et même le compost  attirent les insectes en hiver. Les rougegorges, accenteurs mouchet et autres insectivores sont attirés par ces coins sauvages du jardin. Les cynorrhodons des rosiers, les cônes de conifères sont attrayants. Au potager, laissez en place les plantes montées en graines. Les graines des courges et pépins de fruits, sont les bienvenus.

Enfin, ne jamais donner aux oiseaux les restes de tables, miettes de pain, restes de fromage, viande, car cette nourriture entraine des maladies. De plus, ces restes attirent les prédateurs.

  • Dans le chapitre suivant, très complet, l’auteur détaille et propose la fabrication de mangeoires adaptées à chaque espèce d’oiseaux.

Mangeoires distributeurs automatiques de graines, plateaux mangeoires, mangeoires spéciales acrobates (mésanges), les explications sont bien détaillées, et très didactiques.

  • Enfin, dans la dernière partie du livre, l’auteur développe chaque famille d’oiseaux fréquentant ces sites de nourrissage en hiver.

Les photographies des oiseaux sont d’une grande qualité.

 

Ce livre très instructif est irremplaçable dans la bibliothèque des amis des oiseaux. En hiver, l’observation des oiseaux en train de se nourrir permet de les contempler, de les observer, de découvrir leurs différents comportements et de s’imprégner de l’esprit de la nature au plus profond de soi. Ils nous montrent le chemin pour les apprécier, les respecter et les protéger. Les oiseaux nous sont indispensables !

 

Bonne journée à tous et toutes ! 🙂 

Point météo décembre

Dernier point météo de l’année 2018, mais je reviendrai plus tard pour une synthèse des points météo 😉

Toutes les photos de ce billet datent de ces deux derniers jours.

Dernières roses :

Première primevère :

Véronique :

Ce mois de décembre 2018 fut marqué par les pluies et la grisaille, le soleil ne s’est pas beaucoup montré …

Il a plu pratiquement tous les jours jusqu’à Noël, ensuite les pluies se sont taries.

On enregistre 152,6 mm d’eau, ce qui fait environ 15 arrosoirs par m². Bien sûr, je regrette que cela ne soit pas tombé en été sur mes pauvres légumes qui se languissaient au soleil ! 😛

Côté températures, la moyenne des maxima est de 11,4°C. En effet, on voit bien que pendant ce mois de décembre, les températures ont oscillé entre 10 et 14°C, donc un mois assez clément l’après-midi.

Pour les minima, les températures matinales ont fait de grands sauts, entre 13 et 0°C. La moyenne des minima étant de 7,1°C, on peut dire que ce mois ci n’était pas vraiment froid.

Un nymphéa qui se croit au printemps :

Le mimosa est incroyablement beau et fleuri cette année :

Cette rhubarbe défie le climat de janvier :

Laurier :

2017:

Il a plu en décembre 2017, 158 mm d’eau, ce qui correspond à exactement la même quantité que décembre 2018. Etonnant, non?

Les températures maxima ressemblaient à celles de 2018, avec des maxima régulières aux environs de 8/13°C. Mais elles étaient un peu plus régulières que ce dernier décembre.

Moyenne des maxima : 11,1°C (comme en 2018).

Les minima ont joué à saute-mouton, comme en 2018, entre moins 2,2°C et 11°C. Il a fait régulièrement plus froid, descendant sous les 0°C à plusieurs reprises.

Moyenne des minima : 4,9°C.

Un mois de décembre 2017 très semblable à celui de 2018.

Promesses de printemps :

2016 :

En 2016, il a extrêmement peu plu, avec un total de 27,4 mmm d’eau ! Et bien sûr, le mauvais temps est arrivé vers la Noël … Un manque certain d’eau dans les nappes phréatiques.

Les températures se superposent à celles de 2018 et 2017, avec des maxima régulières entre 4 et 15°C. Moyenne des maxima : 10,9°C (à quelques dixièmes de degrés comme 2018 et 2017 🙂 )

Et pour les minima, elles furent incroyables en milieu de mois, avec des températures voguant entre 0°C et 11,5°C, sauf en fin de mois, où elles sont descendues à moins 3,5°C.

Moyenne des minima : 5,2°C (comme en 2017).

Un des deux sapins ramenés en 2000 du Massif Central (ils se trouvaient entre les rails d’un vélorail et voués à mourir), et, soumis aux vents salés, ils ne sont pas très en forme :

Appréciées des étourneaux et autres gros oiseaux :

Moïcha qui me suit partout au jardin (elle aura 16 ans cette année) :

2015 :

En 2015, les pluies sont relativement abondantes, mais surtout dans la deuxième quinzaine.
Avec un total de 82,6 mm, soit environ la moitié du dernier mois de 2018.

Des maxima régulières autour de 15°C, avec une moyenne de 14,3°C, ce qui en fait un mois « chaud » !

Et des minima bien moins froides, pas de gel, une grande partie du mois entre 7°C et 13°C (comme en novembre 2015, copié collé !)

Moyenne des minima : 10,3°C.

Le coucher de soleil d’hier soir, pour vous souhaiter une belle soirée!

Et à bientôt

 

Bonne année

Je vous présente mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année, avec tous ceux que vous aimez, une santé de fer, un moral d’acier, la réussite de tous vos projets, et également une année de bonheur au jardin, de jolies fleurs et de bons légumes.

Tour de Bélem, Lisbonne

Prenez soin de vous!

 

Un grand bol d’air et curiosités marines

Hier, après quelques jours de grand beau, le temps était si affreux que même les escargots se sont cachés. D’où mon envie de reprendre le fil du blog.

Dimanche, un petit tour sur la plage après le repas, juste pour se dégourdir les jambes.

De l’autre coté de la Laïta, le Finistère :

Des algues échouées en grand nombre (heureusement elles ne sont ni vertes ni puantes) 😆 :

Une fleur bouteille plastique malmenée par les flots :

Des oursins en mauvais état :

Un crabe que je pensais mort mais qui est reparti dès que je l’ai remis sur pieds (si je puis dire)  😉 :

De nombreuses bestioles se partagent la plage :

Chanceux !

C’est ballot d’aller sur la plage en chaussures de ville !

Vous ne le remarquez pas, bien sûr, mais j’ai les pieds trempés, une vague traitresse m’a submergée jusqu’au mollet lorsque je m’amusais avec mes petites curiosités sur le bord 😛

A l’abri des dunes, les escargots se sont desséchés :

Une petite dernière pour la route :

Bonne journée et à bientôt 😉

5 ans !

Mon blog a 5 ans aujourd’hui ! Je suis toute émue à la pensée que depuis ce 22 mai 2013,  j’ai posté plus de 520 billets et des centaines de photos ! 😛 

Rose « Belle des Fagnes » :

J’avais pour objectif, à l’époque, de partager avec vous, ma passion de la poterie, des voyages et surtout du jardinage …

Petit matin sur la terrasse : roses « Madame Alfred Carrière », « Madame Isaac Péreire », « Martin des Senteurs », « Abraham Darby »  :

Je ne sais pas si j’ai atteint ce but, mais pour le blog, atteindre l’âge vénérable de 5 ans est un bel exploit …

Rose « Elégante Danseuse » :

Ces derniers mois, j’ai eu de gros coups de mou (toutes les blogueuses se reconnaitront), parce qu’éditer un article qui vous prend parfois des heures, entre l’écriture et la recherche de jolies photos, est souvent un challenge …

J’aime publier des photos plaisantes, et si le texte est souvent réduit au minimum, c’est pour ne pas écrire trop de boulettes que je regretterai ensuite 😕 .

Ma pivoine préférée :

Mais égoïstement, j’avoue que je rédige ce blog pour moi aussi, comme les adolescents écrivent un journal intime pour fabriquer leurs souvenirs.

Rose « Katherine Zeimat » :

Aujourd’hui, j’aimerais, comme il y a 2 ans sur ce billet ou il y a 3 ans sur celui-ci, vous connaitre un peu mieux.

Roses » Pink Cloud » :

Rose « Madame Alfred Carrière » :

Oui, vous qui passez ici secrètement, oui, vous qui vous cachez derrière l’écran, proches, ami(e)s, inconnu(e)s, partagez avec moi un peu de vous, votre prénom ou un pseudo, votre lieu de vie ou pas, vos suggestions de sujets, vos sentiments sur le blog  ? Quelques mots sur vous ?

Roses « Astronomia » et « Purple Rain » :

Bien sûr sans obligation aucune.

 Rose « Falstaff » :

Au fond le gigantesque rosier « Mutabilis », en avant plan, les roses de « Gentille Demoiselle » et le rosier blanc à droite est « Prosperity » :

Ne vous inquiétez pas si votre commentaire n’apparait pas de suite, je l’approuverai plus tard.

Rose « Sharifa Asma » :

Rose « Prosperity » :

Comme vous le savez, un blog vit également de la participation des lecteurs, et cela me ferait bien plaisir, un peu comme un cadeau d’anniversaire : lol: !

Et un grand merci à mes lectrices qui commentent régulièrement (elles se reconnaitront 🙂 et je les bise ).

J’aime votre prose, vos compliments, votre empathie, vos remarques constructives.

L’entrée du jardin, avec le rhododendron « Anna-Rose Whitney » et les céanothes  » Trewithen Blue ».A droite, le rosier « Ghislaine de Féligonde » en devenir, et devant « Maréva ».

Merci à mes abonné(e)s 😉 et à ceux et celles qui passent ici de temps en temps.


Et surtout de gros gros mercis à mon chéri ♥♥♥♥♥, qui assure avec talent et dévouement la partie technique de mon blog.

Et last but not least, dimanche midi, l’embouchure de la Laïta et le Finistère :

L’ile de Groix au loin :

A vos plumes !

Et bonne journée à tous 😉