Archives par Catégorie :légumes

Le potager en août, petites récoltes …

Cette année, avec la sécheresse et les oublis de semis au printemps (pas de carottes, pas de betteraves, pas de petits pois), les récoltes sont maigres, hormis les tomates, qui sont superbes cette année.

Hier midi, une poêlée de haricots hâtifs « Neckarkönigin« :

Les haricots ont grimpé haut sur les treillis, et, chance, donnent bien cette année ! (l’an dernier, pratiquement aucune récolte)

Ils n’ont pas de fils, c’est très appréciable :

Dans la serre du potager, ouverte aux deux extrémités, l’air circule bien, et les insectes butineurs ne sont pas importunés par la chaleur :

« Candy », petite tomate un peu plus grosse que les cerises, est délicieuse ! Les graines viennent d’Eddy C. par le biais du SOL il y a deux ans, merci Eddy ! (si tu passes par là 😉  )

Dans la serre en verre, les premiers bouquets de fleurs ont bien été fécondés, les tomates sont conformes au standard et délicieuses.

Mais en juin, pendant la canicule et les grosses chaleurs, (la température est montée à 73°C dans la serre, le croyez vous?), les butineurs ne se sont pas aventurés dans la serre et les bouquets intermédiaires n’ont pas été pollinisés. Donc pas de tomates, cela me chagrine.
Les bouquets supérieurs sont en forme, de petites tomates sont apparues, heureusement..

NB (notes pour moi) : l’an prochain, planter des aubergines, poivrons dans la serre en verre, et demander au chéri de construire une autre serre en plastique dans le potager 😛 , pour les pieds de tomates !

La récolte est malgré la chaleur et la sécheresse, bonne !

Nous dégustons les tomates midi et soir en salade.

Dans le potager, les courgettes sont au rendez vous.

Une tomate excellente, « Albuny » ou « Albunuy » ? (graines envoyées par Annick) 

Merci à toi Annick !

Celle ci est marrante, c’est une triplée 😛  :

Les pommes de terre d’un carré:

Elles sont petites, mais bonnes (« Nicola ») :

Une rareté, les cornichons :

Aubergines et poivrons :

Nos petits bretons qui montent la garde à l’entrée du potager (chinés chez Emmaüs par le chéri) :

Le potager rond, au milieu du verger, a beaucoup souffert de la soif, malgré les dizaines d’arrosoirs coltinés depuis les conteneurs.
J’ai débarrassé les courges de feuilles grillées, et j’ai l’impression d’un gros vide 🙁 :

Un potiron Galeux d’Eysines (Cucurbita maxima) (avec les excroissances sur l’épiderme orangé en médaillon) :

Une courge musquée de Provence (Cucurbita moschata) en devenir :

Potimarron « Red Kury » ou potiron doux d’Okkaido (Cucurbita maxima) :

D’autres légumes poussent au potager, mais je vous en fais grâce, pour un prochain billet, peut être?

La sécheresse est telle ici que même s’il pleuvait beaucoup ces prochains temps, le jardin fleuri et le potager resteraient marqués par cette année (comme les deux derniers étés).

20,4 mm d’eau en juin, 37,6 mm en juillet, et 7,8 mm depuis début août (sur le site d’infoclimat.fr).
Donc 66 mm, ce qui correspond à 6 arrosoirs de 10 litres par m2 en deux mois et demi.

Soit une broutille …

Bon après midi à vous 🙂 

 

 

 

Et du côté du potager ?

Ce printemps (comme l’an dernier, grrr…) j’étais très occupée dans les massifs fleuris, et j’ai un peu négligé le potager, dommage !

Je n’aurai ni petits pois ni betteraves …

Par contre j’ai semé en quantité, en février et mars, graines de tomates et de courges et si tout pousse et produit bien, nous aurons de bonnes salades de tomates en été et de grosses soupes en hiver .. pas l’autonomie légumière, j’en conviens 😀 

Je commence par le potager rond, nouveau au jardin, dans le verger (j’ai lu et entendu que les légumes et les arbres fruitiers sont de bonne compagnie) :

Ce jardin rond m’a permis de planter au centre les artichauts (qui prennent beaucoup de place d’habitude), 3 pieds de patates douces, 4 pieds de tomates et 13 pieds de courges. Ces dernières s’étaleront à l’aise dans le gazon (sur des cagettes, cela facilitera la tonte, mon chéri est d’accord, enfin, j’espère! 😛 )

Auparavant, j’avais un potager banal, aujourd’hui il me plait beaucoup ! (vous pouvez voir son implantation ici) (on dirait une rénovation avant/après des magazines de déco, ha ha 😀 )

 

Le potager vu du côté est :

Et du côté nord :

Les rosiers sur la barrière sont à leur apogée, nombre de roses ont déjà défleuries :

« Albertine » avec son petiot bouton rouge et « Graham Thomas  » :

La forme très graphique des pompons de la clématite « Katherine Batman » :

La serre avec ses 8 pieds de tomates :

Les pommes de terre sont en forme, dans le carré mitoyen il y a des concombres, une aubergine, des tomates, un piment et un poivron, des courgettes, des panais et bientôt des haricots nains :

Quelques fleurs dans le potager attirent les butineurs, ici un polémonium, issu d’un semis spontané :

Mes fèves sont envahies de pucerons, je ne vois plus de fleurs, mais il y a quelques gousses, j’attends les larves de coccinelles et de syrphes ! (Malo a fait un très bel article sur ces auxiliaires)

Les haricots grimpants commencent à sortir de terre (oui oui j’ai beaucoup de retard 😥 ) :

Une bonne idée que les bacs à fraises, on en a mangé beaucoup plus que les autres années, les baveux ne les ont pas trouvées :

La serre en verre avec ses 9 pieds de tomates :

Quelques petites tomates précoces, Marmande et Merveille des marchés :

Je ne résiste pas à la tentation de vous montrer mon petit coin pépinière, j’ai tellement de plantes (issues de semis maison) que je dois les « stocker » en attendant l’automne.

J’ai aussi un petite plante en pleine forme, qui vient de Belgique, la vois tu, Annick ?

Bon après midi à tous !

au soleil et au jardin bien sûr .. 🙂 

 

 

 

Help !! au secours, le monsieur tout là-haut dans le ciel !!

Pouvez vous faire pleuvoir ? s’il vous plait ?

Je devrais peut être chanter au milieu de la pelouse toute sèche, craquante sous les pas et toute jaune paille .. 

1

j’arriverais peut être à faire tomber la pluie au-dessus de mon village ? mais j’en doute fort ..

2

La sécheresse sévit dans notre région (la Bretagne, pour ceux qui ne suivent pas régulièrement) et tout le jardin souffre !

Aujourd’hui j’ajoute un point météo dans ce blog, j’essayerai d’en faire un par mois, cela me permettra de me rappeler le temps qu’il a fait.

Toutes les courbes qui suivent sont issues du site infoclimat.fr (le lien donne le climat à Paris, 5ème pour l’année 2016).

Vous pouvez facilement retrouver le climat de votre ville ou d’une ville proche avec ce site.

Comme en ce moment c’est la sécheresse qui est le plus gros problème au jardin, voici les précipitations (hauteur à droite du schéma) :

A

Il a beaucoup plu en janvier,

B

mais ensuite, les précipitations ont bien diminué.

C D

en avril, 24,6 mm ,

E

en mai, 32 mm (alors qu’ailleurs en France, la pluie était devenue mousson),

F

en juin, 40,8 mm d’eau,

G

et depuis début juillet, 6 mm d’eau .. (et 34°C le lundi 18 juillet)

J’arrive au bout de nos réserves d’eau (environ 5 000 litres récoltés cet hiver), les hortensias (même les plus vieux) souffrent, les nouvelles plantes sont quasi à l’agonie, les légumes, malgré un arrosage quotidien, baissent la tête, jaunissent .. je suis un peu désespérée ..

Le coin des courges :

8

 

Heureusement il reste quelques jolies couleurs au jardin :

3

6

5

4

Je crains d’avoir oublié de surveiller les artichauts, heureusement il en reste encore :

7

et dans la mare :

9

Et chez vous, le manque d’eau fait il aussi de tels ravages ?

Bonne fin de journée !

La saga des tomates, part 5

Vous vous rappelez certainement 🙂  🙂  🙂 ma petite série sur les tomates, que j’ai commencée en été 2015, dans ce billet. Je vous expliquais comment je récolte les graines de tomates de mon potager.

La serre en verre :

1 2

Au printemps, dans ce billet, j’ai semé les graines récoltées quelques mois plus tôt.

Dans le suivant, ici, je rempotais les petites pousses.

Matin du 8 juillet :

3

Dans le dernier billet, celui ci, je vous ai montré ma façon de planter les pieds.

Cela fait presque 2 mois que tous les pieds grandissent sagement dans les deux serres.

3A

La serre du potager (vous pouvez voir sa construction dans ce billet) :

4

J’ai du les tailler plusieurs fois déjà, la croissance sous protection de la serre est impressionnante. J’ai laissé pousser deux « têtes » sur certains pieds, quand la place ne manque pas.

Pour la variété Russe (de Freddy, SOL 2016), le pied ne pousse pas de façon exubérante (croissance déterminée).

5 6

Les tomates sont encore petites, et très vertes. La récolte se fera bien plus tard que les autres années.

J’imagine que c’est la conséquence des conditions climatiques du printemps, le manque de chaleur étant la principale cause. Il y a beaucoup de bouquets de fleurs, mais je trouve que cette année, les insectes butineurs ne sont guère présents. Il me semble qu’ils sont absolument indispensables pour la formation des fruits et des légumes.

7 8

Et chez vous, avez vous déjà dégusté vos tomates ?

Bon après midi !

 

8
7
6
5
4
3A
3
2
1

La saga des tomates, part 4

Profitant du dernier WE à rallonge, j’ai enfin planté mes pieds de tomates, qui poussaient au chaud, dans une des chambres, sagement (ou pas)(cette année j’ai eu quelques déboires avec les semis, mais j’ai suffisamment de pieds pour le potager).
Vous vous rappelez dans ce billet ci, je vous ai montré ma façon de semer les graines de tomates, et dans celui là, le premier rempotage.

J’ai bien sûr utilisé les graines de mes tomates récoltées cet été, je vous le racontais dans ce billet, et quelques graines que m’a envoyé gentiment Eddy lors du SOL 2016.

J’ai la chance d’avoir maintenant deux serres, qui me serviront en été exclusivement à la culture des tomates.

La première est en verre que j’utilise déjà depuis quelques années et dans laquelle les récoltes de tomates savoureuses se succèdent jusque mi ou fin octobre. Je n’ai jamais eu de mildiou dans cette serre.

En automne dernier, après les dernières récoltes de tomates, j’ai enlevé une partie de la terre, et ajouté une bonne quantité de fumier décomposé et de la terre à planter de chez or brun (et nettoyé les vitres, une vraie partie de plaisir 😕 ..)

Dans cette serre où je ne fais que de la culture de tomates, il vaut mieux changer la terre pour éviter les maladies et l’appauvrissement du sol.

La serre en verre avant les grands travaux de plantations :

1

Après avoir creusé un trou bien profond, je « sous-sole » avec cet outil très performant :

3

Au fond du trou,  je jette quelques feuilles d’ortie déchiquetées :

4

« Rose de Berne », avant la plantation :

2

Je mélange deux poignées d’or brun avec la terre de fond, puis j’enterre le plus profondément possible le pied de tomates, dans l’idéal, jusqu’au bouquet supérieur de feuilles :

5

Et voilà :

6

J’ai planté neuf variétés différentes de tomates :

7

Dans la nouvelle serre, j’ai réussi à mettre 8 plants, je ne dois pas oublier qu’en grandissant, les pieds vont prendre beaucoup d’espace !

8

Protection pour la nuit (c’était pendant les Saints de glace, j’ai fait gaffe, d’ailleurs pour rien, il faisait 10°C la nuit) :

9

Dans la serre en verre, j’ai fait une cuvette autour des pieds de tomates pour faciliter l’arrosage, et dans celle du potager, j’ai expérimenté une autre méthode (que j’ai déjà utilisée sur des plants de fleurs).

J’ai découpé et retiré le fond de grands pots en plastique (des pots récupérés après la plantation d’arbustes), et emmanché ces pots sur les pied de tomates. Il suffit ensuite de remplir le pot d’eau de pluie, ça ne déborde pas partout, et l’arrosage se fait au bon endroit.

Je verrai à l’usage si c’est efficace :

pot

J’ai essayé dans ces premiers billets de la saga des tomates de transmettre les rudiments de leur culture, de la récolte des graines à la plantation des pieds (je répète bien que c’est ma façon de procéder, ce n’est certainement pas la seule 🙂 )

Chaque jardinier a ses propres pratiques, alors si vous avez d’autres modes de culture, n’hésitez pas à partager.

Et pour ceux qui n’ont jamais eu l’opportunité d’essayer, j’espère que je vous ai donné l’envie de vous lancer dans la « tomate » !  vous verrez, c’est très simple et vraiment gratifiant.

Bonne journée à tous !

 

 

Côté serre(s)

Depuis quelques jours, le potager est agrémenté d’une nouvelle serre, que mon chéri a construite avec application ces dernières semaines, bout après bout, mais je vous raconterai son histoire plus tard.

En ce moment la première serre est remplie de petits pots de semis et de repiquages. Dans quelques jours, j’y planterai les pieds de tomates (issus de semis maison, vous avez suivi leur saga, ici, et encore ) qui pour le moment séjournent encore à la maison en attendant la fin des Saints de glace (Saint Mamert, le 11 mai, Saint Pancrace, le 12 mai, et Saint Servais, le 13 mai) :

Les courges, courgettes, et autres cucurbitacées ci-dessous sont issues de semis de graines selon la méthode des bouteilles (vue ici et ), semis que je fais vers la mi-mars, et je rempote les petits plants environ un mois plus tard dans un bon terreau :

courges courgetts

(clin d’oeil à mes copines à qui j’ai promis des plants)

courges

La belle courge bien développée est un pied de citrouille peanut :

courge peanut

Voici la citrouille peanut, photo prise sur le billet de Caroline S., participante du SOL 2016, qui m’a envoyé quelques graines en janvier (ce semis a réussi chez toi, Camille?) :

peanuts

Cette citrouille est vraiment originale, j’espère que j’aurai de beaux fruits très rigolos en automne !

Quelques semis et repiquages de fleurs issues de graines envoyées par les participant(e)s du SOL 2016 :

repiquages

Une petite collection d’ancolies de la famille des Barlow (toujours issues de graines du SOL) :

ancolies

Et dans la serre du potager, ma collection de dahlias, mise en pot en février, que vous pouvez voir dans ce billet :

sahlias

Je vais bientôt transférer tout ce beau monde au jardin, en espérant que les températures ne fraichissent pas trop.

Bonne journée !

 

La saga des tomates, part 3

Voilà déjà 3 semaines que j’ai semé les premières graines de tomates. La levée au chaud a été assez rapide, mais la pousse s’étant ralentie, j’ai décidé de faire le premier repiquage des petites plantules.

Ce billet s’adresse à ceux/celles qui n’ont jamais fait de repiquages de plants de tomates, mais j’aimerais avoir l’avis de ceux/celles qui en ont l’habitude, pour des améliorations possibles ?

J’ai délicatement dépoté un premier pot, où j’avais semé 3 graines.

1

On aperçoit les premières vraies feuilles au dessus des cotylédons (les « fausses feuilles » longues et opposées) :

2

Dès qu’elles apparaissent, il est temps de déplacer le plant de tomates dans un godet plus grand avec un terreau de bonne qualité (j’utilise un terreau à géranium).

La tige de la plantule est recouverte de petits poils, qui pourront se transformer en multiples radicelles supplémentaires :

3

 

C’est pour cela qu’il faut enterrer profondément la petite tige, les feuilles devront à peine dépasser :

4

Je note la variété et je rajoute la date du semis et du premier repiquage :

5 6

 

J’arrose les plants, modérément et jamais sur les feuilles. Il faut bien surveiller la surface du pot, pour que la terre ne soit jamais trop sèche.

Je replace les pots au chaud, pour quelques semaines supplémentaires en pouponnière !

Voilà encore une étape très facile !

Bonne journée à tous

 

 

 

La saga des tomates , part 2

Un petit billet tout facile sur le semis des tomates.

J’ai donc commencé les semis de tomates pour la serre. En effet les pieds de tomates seront plantés tôt dans la serre (en avril), pour ceux du potager, je referai des semis dans un mois, car je ne les mettrai en terre que début mai.

J’utilise des petits pots de plastique de récupération, vous pouvez sans aucun problème semer dans toutes sortes de contenants : rouleaux de papier WC (vides bien sûr), terrines, godets en tourbe, bacs à poissons en polystyrène, plateaux alvéolés, etc..

1

Pour remplir les petits pots, du terreau spécial semis. Le mien vient de chez Truff..t, je le trouve d’assez bonne qualité,  bien aéré, il n’y a que peu de petits bouts de bois ou autres déchets.

2

Je tasse le terreau, je pose 2 ou 3 graines de tomates, je couvre délicatement avec quelques pincées de terreau et je re-tasse !

(ici des graines de tomates « Russe » que Eddy m’a envoyé lors du dernier SOL)

2A

 

Je n’oublie pas de noter de suite le nom de la variété, la date du semis et le nombre de graines.

3

Et voilà!

Ensuite, j’arrose doucement,

4

et je transporte ces petits pots dans un endroit chaud et lumineux, en l’occurrence, une chambre vide !

5

Maintenant il ne reste plus qu’à patienter 8 à 10 jours pour voir apparaitre les petites pousses.

A suivre !

Bien sûr ce billet ne s’adresse qu’aux personnes qui n’ont jamais fait de semis, parce que autant de jardiniers, autant de manières de semer !

Je n’ai absolument pas la prétention de connaitre LA meilleure technique de semis .. c’est la mienne, elle me réussit chaque année.

J’ai eu de nombreux conseils de ma Maman, et je la remercie très fort ! ♥♥♥

Si vous voulez partager vos savoir-faire, je serai heureuse de les lire en commentaires.

Bonne journée !

Edit du 19 février : une personne en commentaire (que je en publie pas, pas de nom ni e-mail) me fait remarquer que le semis des tomates et autres légumes-fruits doit se faire en jour « fruits et graines », et après avoir bien épluché mon calendrier lunaire rustica, je me rends compte qu’elle a raison, donc je me suis plantée (si je puis dire), mais comme les autres années je faisais de cette façon, et que les semis poussaient bien, je suis optimiste sur ceux effectués il y a  2 jours (en lune montante), LOL !!

J’ai donc modifié mon billet et mes réponses aux commentaires ..

j’espère que vous serez indulgent !

SOL 2016

Cette année encore je participe à cette belle aventure, que l’on appelle le SOL (Seed Of Love), initiée il y a déjà 5 ans par Isabelle du blog « A little bit of paradise ».

C’est un échange de graines entre jardiniers passionnés par l’intermédiaire de nos blogs ou de Faceb..k.

Vous pouvez également me suivre sur mon faceb..k, ici.

J’ai le N°8 sur ce SOL.

 

sol

Bonne année à tous et toutes !

Je profite de cet article pour remercier cordialement Isabelle pour tout le travail qu’elle accomplit afin que le SOL soit une réussite pour nous tous, les jardiniers!

Et je remercie aussi également tous ceux/toutes celles qui m’ont envoyé des graines l’an passé, je me suis bien amusée à les faire pousser, puis à mettre au jardin les petites plantules .. En été, j’ai été récompensée par les fleurs et les plantes, toutes plus jolies les unes que les autres !

LES FLEURS :

Cette année je propose des graines de roses trémières ou alcea rosea de la famille des Malvaceae. Ces fleurs peuvent ensuite s’hybrider entre elles, pour donner des plantes uniques et superbes. C’est le plaisir de la découverte ! Ainsi vous aurez certainement la primeur de nouvelles variétés.

Les roses trémières en photos ci-dessous sont issues du SOL 2014 et ont fleuri en 2015.

Ce sont des plantes bisannuelles, à semer au printemps ou en été, à repiquer en automne en place; elles fleuriront l’an prochain. Si les roses trémières se plaisent chez vous et si les hivers ne sont pas trop rudes, elles se comportent comme des vivaces (le cas dans mon jardin).

Je composerai 10 lots identiques comprenant chaque variété (étiquetées séparément) et je les enverrai à 10 personnes qui en feront la demande.

 

 

LES LEGUMES :

J’offre également des graines de tomates, car je suis une fana du potager. Les graines viennent de tomates de mon potager ou de ma serre (sauf les « petits fruits » et les « coeur de boeuf de Nice », de chez Kokopelli).

Il y a 16 lots de chacun 6 sachets de variétés de graines de tomates (étiquetées séparément).

Voici tout d’abord les lots :

Lot  N°1 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Ananas », « Verna Orange », « White Queen »,

Lot  N°2 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Ananas », « Red Zebra », « Anna Russian »,

Lot  N°3 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Ananas », « Red Zebra »,  « Verna Orange »,

Lot  N°4 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Ananas », « Red Zebra », « Anna Russian », « Cornue des Andes » ,

Lot  N°5 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Red Zebra », « Verna Orange », « Coeur de boeuf de Nice »

Lot  N°6 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne »,  « Noire de Crimée », « Verna Orange », « Coeur de boeuf de Nice », « Paul Robeson »,

Lot  N°7 : « Merveille des marchés »,  « Rose de Berne », « Coeur de boeuf orange », « Cornue des Andes », « Red Zebra », « Paul Robeson »,

Lot  N°8 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Coeur de boeuf orange », « Red Zebra », « Charlie green », « Cornue des Andes »,

Lot  N°9 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Coeur de boeuf orange », « Red Zebra », « Cornue des Andes », « White Queen »,

Lot  N°10 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Cornue des Andes », « Paul Robeson », « Mélange de petits fruits », « Red Zebra »

Lot  N°11 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Cornue des Andes », « Paul Robeson », « Mélange de petits fruits », « Red Zebra »,

Lot  N°12 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne »,  « Coeur de boeuf orange », « Cornue des Andes », « Mélange de petits fruits », « Red Zebra »

Lot  N°13 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Red Zebra »,  « White Queen », « Coeur de boeuf de Nice »,

Lot  N°14 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Red Zebra », « Paul Robeson », « Ananas »,

Lot  N°15 : « Merveille des marchés », « Rose de Berne », « Noire de Crimée », « Charlie green », « Mélange de petits fruits », « Coeur de boeuf de Nice »

 Lot  N°16 : « Merveille des marchés », « Coeur de boeuf orange », « Noire de Crimée », « Cornue des Andes », « Verna Orange », « Mélange de petits fruits »,

 

Et, pour vous aider dans votre choix de lot, voici les variétés :

  • « Noire de Crimée » :

La meilleure des tomates !!

Variété de mi-saison aux fruits très sombres et de belle forme ronde (parfois un peu aplatis et côtelés). Chair de couleur rouge-brun très foncée avec un gel de couleur vert foncé autour des semences à maturité complète. C’est une des variétés de tomates les plus douces. Malgré la bonne taille de ses fruits, de 250 à 500 grammes, elle est relativement précoce. Très bonne résistance à la sécheresse et très bonne productivité. Elle nécessite un été bien chaud et ensoleillé afin d’acquérir sa couleur foncée. Croissance indéterminée. 70-80 jours.

noire de crimée

 

  • « Merveille des marchés » :

Les très gros fruits sont de couleur rouge avec une chair rose. Le feuillage est abondant. Les plantes ont une croissance compacte et vigoureuse. Variété de mi-saison résistante à l’éclatement.
Cette très ancienne variété est mentionnée dans l’ouvrage de Vilmorin-Andrieux “Les Plantes Potagères” (1885).

W

 

  • « Ananas » :

Variété tardive très originale aux gros fruits de couleur jaune marquée de rouge. Chair très ferme de couleur jaune striée de rouge, ressemblant à la chair de l’ananas. Certains fruits atteignent le kilo.

ANANAS

 

  • « Cornue des Andes » :

Variété de type “tomate-piment”. Les fruits très allongés peuvent atteindre 15-18 cm. C’est une des tomates considérées comme les meilleures. Très bonne saveur et très peu de graines et de jus. De mi-saison : 75 jours.

D

 

  • « Red Zebra » :

Une version rouge de la fameuse « Green Zebra ». Petits fruits ronds (jusqu’à 150g) de couleur rouge brillant zébrée de jaune. Variété bien résistante aux maladies et productive sur une longue durée. Croissance indéterminée. Tardive : 90 jours.

E

 

  • « Verna Orange » :

Les fruits énormes de couleur orange sont en forme de cœur et peuvent dépasser les 500 grammes. La saveur est délicieuse. La chair est ferme avec peu de graines. De mi-saison : 84 jours.

G

 

  • « Rose de Berne » :

Ma variété préférée entre toutes.

Une des variétés les plus savoureuses. Les fruits de 180-240 grammes sont de couleur rose. Ils sont très juteux , délicieux et ont une peau très fine. Très bonne productivité. Croissance indéterminée. 78 jours.

1

 

  • « Paul Robeson » : 

Variété de mi-saison produisant des fruits de 150 à 400 grammes, assez côtelés et aplatis. Leur saveur est très douce et épicée. Croissance indéterminée.

ROBESON

 

  • « Charlie green »  :

Couleur vert bronze, fruits sucrés
– Fruits de type chair de boeuf, de taille moyenne, verts à reflets dorés.
– Croissance indéterminée, 75 jours

16charlie green

 

  • « Coeur de boeuf orange » :

Fruits très charnus de grosse taille (près de 500 grammes). Chair ferme de saveur très douce, avec peu de graines. Bonne productivité. Croissance indéterminée, 80 jours.

7

 

Belle variété de cœur de boeuf aux fruits de couleur rose pâle, pesant jusqu’à 500 grammes. Le coeur dense est de bonne saveur. Le feuillage peu dense est quelque peu retombant. Bonne productivité. Croissance continue. 75 jours.

anna russian 2

 

C’est une des plus belles variétés blanches. Les fruits de type “chair de boeuf” pèsent de 250 à 400 grammes. Certains fruits sont légèrement teintés de rose. Ils sont très doux et juteux avec une saveur riche et complexe. Ils deviennent jaune pâle en mûrissant. Résistance à l’éclatement. Très grande productivité. Feuillage assez abondant. Croissance indéterminée. 85 jours.

WHITE QUEEN

 

  • « Coeur de boeuf de Nice » (photo de rustica)

La forme de ‘cœur de bœuf’ de cette variété de la région niçoise est bien définie. Elle présente une forme de poire aplatie. Fruits de 200 à 300 g d’excellente saveur. Croissance indéterminée.

coeur de boeuf rustica

 

 

  • et enfin un mélange de 10 variétés de petits fruits (« Cerise Noire », « Cherry Ghost », « Fargo Yellow Pear », « Hank », « Miel du Mexique », « Podland Pink », « Poire Rouge », « Prune Jaune », « Prune Noir », « Raisin Vert »).

 

(les commentaires sous chaque variété sont de Kokopelli)

Pour vous aider, si vous êtes novice dans la culture des tomates, j’ai fait à votre intention un tuto que j’ai appelé la saga des tomates. Dans ce premier billet, j’ai décrit ma façon de récolter les graines de tomates du potager.

Je ferai un 2ème billet en février, je vous montrerai ma façon de semer les graines de tomates, puis dans un 3ème billet, en avril ou mai, la plantation des pieds obtenus dans la serre et le potager.

Il ne vous reste plus qu’à faire votre choix .

Il se peut que votre commentaire soit en modération, je le verrai plus tard et l’approuverai!

ENJOY !

 

 

EDIT du 23 janvier 8H:

Merci à vous tous pour votre participation, ce SOL 2016 a été une réussite !

Pour ma part, pour les roses trémières, chaque demande sera validée pour les numéros : 12, 20, 23, 77 et 124. J’espère que les roses trémières seront magnifiques l’an prochain (je rappelle que ce sont des bisannuelles).

Par contre, j’ai eu beaucoup de demandes pour les graines de tomates, plus de 3 demandes pour chaque lot, donc j’ai du faire un tirage au sort, avec cette méthode là.

Voici les numéros gagnants pour un lot de graines de tomates : 2, 13, 16, 21, 25, 31, 48, 51, 58, 59, 63, 65, 73, 74, 80 et 124.

Il me restait quelques sachets de graines de tomates, alors j’ai fait un second tirage, pour un ou deux sachets de graines, voici les numéros des lots de consolation : 6, 35, 37, 47, 52, 54, 76, 84, 86, 90, 103, 107, 109, 125 et 136.

Je vous souhaite à tous et toutes une excellente réussite dans les semis et de belles tomates bien goûteuses cet été. Dans quelques semaines, je publierai le second volet de ma saga sur la culture des tomates sur le semis des graines (voir le premier billet ICI), alors n’hésitez pas à revenir sur le blog !

EDIT du 23 janvier 11H : toutes les enveloppes sont parties ce matin de la poste de ma petite ville !

 

Bon samedi à tous !

 

 

 

La saga des tomates, part 1

Je commence une petite série sur les tomates.

En effet, j’aimerais dédramatiser la culture des tomates. Je sais que nombre de jardiniers préfèrent avoir un joli jardin fleuri, mais quelques tomates savoureuses dans un petit coin du jardin sont véritablement un plaisir que l’on n’imagine pas lorsque l’on mange les tomates sans goût des supermarchés.

Il n’est pas besoin d’avoir un potager digne de ce nom pour les cultiver, des pieds de tomates dans un gros pot de terre sur une terrasse ou un balcon, ou quelques mètres carrés du jardin fleuri suffisent!

De plus, si vous récoltez les graines de vos tomates, vous pouvez aisément les semer au printemps suivant pour ensuite vous en délecter (et le mot n’est pas trop fort) en été !

Dans cette première partie, je vous explique comment je récolte les graines de tomates de mon potager et de ma serre (j’ai adopté depuis quelques années les conseils d’un site très intéressant, très didactique, Tomadori).

La tomate fait partie de la famille des solanacées qui compte aussi les pommes de terre ainsi que les aubergines, piments et autres poivrons. Son origine remonte aux Incas, qui la cultivaient en Amérique du sud; elle a été rapportée en Europe par les Conquistadors.

Les tomates appartiennent à l’espèce Solanum lycopersicum (avec 2 sous espèces, la tomate et la tomate cerise).

2

Il existe des centaines de variétés de tomates, plus ou moins sucrées, plus ou moins précoces, répertoriées ou non… avec différentes formes, couleurs, goûts ..

1

La tomate est une espèce à fécondation autogame, car celle ci se fait entre le pollen (mâle) et les ovules (pistil femelle) de la même fleur. Les fleurs présentent la particularité d’avoir le pistil enfermé dans un tube, donc le pollen d’autres variétés ne peut entrer dans le tube (avec l’aide d’insectes ou du vent) :

A

 

Cette propriété a permis de créer et conserver de nombreuses variétés fixées, stables de génération en génération. Ainsi les graines récoltées par vos soins donneront exactement la même tomate l’année suivante (il existe parfois, mais très rarement, des fécondations croisées, en début de cycle).

Par contre, ne récoltez jamais de graines de tomates du supermarché ou d’hybrides F1, l’année suivante la descendance ne sera pas identique à la mère.

Après la floraison, le pistil se développe en fruit :

C

 

Les ovules fécondées se transforment en graines (photo prise sur le site de Tomadori) :

16

La graine, de 1 à 5 mm, est hérissée de petits poils. Elle contient l’embryon et les réserves. Elle est extrêmement résistante au froid, à la sécheresse, etc … Les graines sont entourées d’une gangue gélatineuse qui les empêche de germer dans la tomate.

8

Pour récolter les graines, il faut choisir tôt dans la saison, une belle tomate, bien mûre, conforme à la variété, et récupérer les graines et un peu de jus dans un contenant (j’utilise des verres) :

9

Les graines sont en quantité variable selon les variétés ( abondantes chez la rose de Berne et clairsemées chez la cornue des Andes).
Je laisse quelques jours macérer les graines, jusqu’au développement de moisissures à la surface (la gélatine se dissolve par fermentation) :

11
Je rince abondamment ensuite les graines à l’aide d’un tamis très fin :

12

Je les laisse sécher quelques jours (à l’air libre, sur du papier cuisson, qui ne colle pas) en les séparant bien les unes des autres.

Je les stocke ensuite dans des sachets papier, étanches et au noir :

Bien sûr, je note la variété des graines, et l’année de la récolte.
Bien préparées, les graines gardent leur pouvoir de germination  pendant 5 à 10 ans (on peut aussi congeler les graines).
Je suis prête à envoyer avec plaisir des graines que j’ai récoltées à ceux/celles qui m’en demanderont.

La suite de cette saga se fera en février, lorsque je commencerai les semis !

(je me suis aidée du site de Tomadori pour l’histoire et la génétique des tomates)

(sans vouloir leur faire de publicité, on peut acheter des graines de qualité chez Kokopelli ou Magellan)

Bon après midi !

 

(une pensée pour les victimes des intempéries du sud de la France)